•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Vancouver dénonce le projet de pipeline Trans Mountain

Des travailleurs installent un grand pipeline dans une forêt avec des montagnes en arrière-plan.

Le pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan. L'entreprise propose une expansion qui triplerait la capacité de ce pipeline entre l'Alberta et la Colombie-Britannique.

Photo : KINDER MORGAN

Radio-Canada

Le maire de Vancouver, Gregor Robertson, a déclaré que le projet d'agrandissement du pipeline Trans Mountain entre l'Alberta et Burnaby ne fait aucun sens du point de vue économique et environnemental.

Il souligne que cet oléoduc multipliera par six les pétroliers qui navigueront dans les eaux de la ville et par conséquent augmenteront les risques de déversement.

M. Robertson a expliqué que le feu vert conditionnel donné par l'Office national de l'énergie (ONE) au mois de mai dernier a exclu des preuves tangibles de l'impact catastrophique qu'aurait un déversement accidentel dans les eaux de la métropole.

Ses déclarations ont été entendues mardi par le comité ministériel chargé de recueillir les réactions au projet d'oléoduc qui prévoit d'acheminer chaque jour l'équivalent de 900 000 barils de produits pétroliers, soit deux fois plus qu'actuellement.

Le comité conclura ses activités en novembre. Le gouvernement doit rendre sa décision sur le projet au plus tard le 19 décembre 2016.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière