•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Gaspésien menace de cesser ses traitements d'hémodialyse s'il ne les reçoit pas chez lui

Cyrille Gibeault, de Sainte-Anne-des-Monts

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un homme de Sainte-Anne-des-Monts qui doit se rendre à Rimouski pour recevoir des traitements d'hémodialyse menace de les arrêter s'il ne les reçoit pas dans sa région.

Cyrille Gibeault, 63 ans, souffre d'insuffisance rénale. Il doit se rendre à Rimouski trois fois par semaine pour recevoir des traitements, puisque ceux-ci ne sont pas offerts en Haute-Gaspésie. 

Il affirme qu'il n'a plus la force de parcourir aussi souvent, aller-retour, les quelque 190 kilomètres qui séparent Sainte-Anne-des-Monts de Rimouski. M. Gibeault refuse également de quitter sa famille pour vivre en permanence à Rimouski. Sa conjointe, Lucie Provencher, constate qu'il est découragé.

C'est sûr que s'il cesse l'hémodialyse, il va décéder à l'intérieur d'une semaine.

Lucie Provencher, conjointe de Cyrille Gibeault
Un patient recevant un traitement d'hémodialyse (archives).Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un patient recevant un traitement d'hémodialyse (archives).

Photo : Radio-Canada

Quatre heures de route, trois fois par semaine

Lucie Provencher soutient que son conjoint a pris cette décision notamment en raison des difficultés de transport pour les patients gaspésiens qui doivent suivre des traitements médicaux à Rimouski.

On le force à faire ce choix-là dans le fond. C'est le choix entre vivre ou mourir.

Lucie Provencher, conjointe de Cyrille Gibeault

« Il n'a pas les moyens de payer ce qu'il doit payer de sa poche, dit Mme Provencher. Le gouvernement en paye une partie, mais il n'aura jamais assez d'argent pour payer l'hôtellerie, le voyagement et tout. Il est dans une situation où il a décidé que si c'était comme ça, il arrêterait l'hémodialyse. »

Le fils de Cyrille Gibeault menace de cesser lui aussi ses traitements

Cyrille Junior Gibeault, qui vit à Granby, doit lui aussi subir trois séances de dialyse par semaine. Il menace de mettre un terme à ses propres traitements pour que son père ait accès à des soins près de Sainte-Anne-des-Monts. « Vous avez quelqu'un de désespéré devant vous », soutient Cyrille Junior Gibeault.

Je n'ai pas le choix. Mon père va se laisser mourir et pourquoi? Pour une inaction.

Cyrille Junior Gibeault
Cyrille Junior GibeaultAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cyrille Junior Gibeault

Photo : ICI Estrie

Il y a une semaine, Cyrille Gibeault avait mis en demeure le réseau de la santé du Québec afin qu'on lui offre ses traitements à l'hôpital de Saine-Anne-des-Monts. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a refusé de commenter ce cas précis.

D'après les informations de Paul Huot et de Marie-Hélène Rousseau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Santé