•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un résident de Granby refuse l'hémodialyse en solidarité avec son père

Cyrille Junior Gibeault devant l'urgence de Granby

Cyrille Junior Gibeault devant l'urgence de Granby

Photo : ICI Estrie/Marie-Hélène Rousseau

Radio-Canada

Un homme de Granby vient d'amorcer une grève de traitement d'hémodialyse en solidarité avec son père qui n'a pas accès aux soins dans sa région en Gaspésie.

Cyrille Junior Gibeault s'est rendu à l'hôpital de Granby lundi pour une dernière séance. Sans les soins appropriés, il estime pouvoir survivre une semaine.

« Je ne veux pas que ma fille perde son père demain matin, mais je ne sais plus quoi faire pour sauver le mien », lance-t-il.

L'homme refusera les traitements tant et aussi longtemps que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, restera muet sur le dossier de son père qui doit parcourir des milliers de kilomètres par mois pour être soigné.

« Tout ce que je veux, c'est une réponse. Je ne demande pas grand-chose. Simplement qu'il fasse une belle conférence de presse et qu'ils annoncent qu'il y aura des discussions. »

Cyrille Gibeault, de Sainte-Anne-des-Monts

Cyrille Gibeault, de Sainte-Anne-des-Monts

Photo : Radio-Canada

Son père, Cyrille Gibeault, 63 ans, demeure à Sainte-Anne-des-Monts. Il doit parcourir 1200 kilomètres chaque semaine pour se rendre à Rimouski.

Comme il est atteint d'arthrite rhumatoïde, les longs voyages en voiture sont pénibles pour lui. Il doit faire plusieurs pauses quand il se rend à l'hôpital. Pour son fils, tous ces déplacements sont devenus une véritable « torture ».

C'est un cri du coeur. C'est mon cri à l'aide. C'est ma dernière carte.

Une citation de Cyrille Junior Gibeault

Remboursement des frais de déplacement et d'hébergement, un transport plus adapté et des soins de proximité : ce sont les trois demandes formulées par Cyrille Junior Gibeault au ministère de la Santé. Une mise en demeure leur a aussi été envoyée. Ils disent n'avoir jamais eu de réponse.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.