•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enrochement du quai de Mont-Louis : la corporation de développement ne baisse pas les bras

Croquis du projet d'enrochement du quai de Mont-Louis.

Croquis du projet d'enrochement du quai de Mont-Louis.

Photo : Courtoisie Ministère des Transports

Radio-Canada

Comme on pouvait s'y attendre, le projet d'enrochement du quai est de Saint-Maxime-du-Mont-Louis, tel qu'annoncé la semaine dernière par Transports Canada, induit de la frustration dans la population, selon Dany Bergeron, président de la Corporation de développement.

Un texte de Brigitte DubéTwitterCourriel

D'après une entrevue réalisée par Bruno Lelièvre, à l'émission « Bon pied bonne heure »

Selon M. Bergeron, la décision du ministère des Transports d'enrocher le quai en ligne droite ne répond absolument pas aux besoins formulés par le comité de citoyens, qui souhaitait une structure avec un éperon (en forme de L).

Quai de Mont-LouisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Quai de Mont-Louis

Photo : Radio-Canada

L'éperon aurait permis à la fois la protection des berges et l'utilisation du quai à des fins récréatives (refuge pour petits bateaux et activité de pêche). M. Bergeron se dit très déçu, d'autant plus, estime-t-il, que son projet était rassembleur.

La mobilisation de cet été avait remis sur la table cette proposition de port de refuge qui permettait de rallier les besoins de la population, les décisions du conseil municipal et les besoins du fédéral de protéger les berges dans quelque chose de rassembleur.

Dany Bergeron, président de la Corporation de développement de Mont-Louis

La Corporation n'entend pas lancer la serviette, mais plutôt reprendre les démarches et interpeller les élus, notamment la ministre et députée de Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier et le ministre des Transports, Marc Garneau. « Nous, on veut porter le dossier », affirme le président de la Corporation, Dany Bergeron, qui se dit même prêt à ce que l'organisme devienne propriétaire du quai si cela est nécessaire pour réaliser le projet.

On a toujours prôné la collaboration. On va travailler sur notre montage financier et attacher tout ça pour en arriver à la bonne solution.

Dany Bergeron, président de la Corporation de développement

Le projet de refuge pour petits bateaux est évalué entre 300 000 et 400 000 dollars.

Les citoyens tiennent aux activités de pêche sur le quai puisqu'elles engendrent des retombées économiques importantes pour le village.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Infrastructures