•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Colten Boushie : des politiciens de la Sask. demandent la fin du racisme

Colten Boushie

Colten Boushie

Photo : Colten Boushie/Facebook

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, et le chef de l'opposition néo-démocrate, Trent Wotherspoon, réclament la fin de commentaires racistes après la mort par balle de Colten Boushie, un jeune Autochtone de 22 ans.

Colten Boushie, de la Première nation de Red Pheasant, a été tué dans une ferme près de Biggar, une petite ville à l'ouest de Saskatoon, le 9 août. Il était accompagné de quatre personnes dans un véhicule qui s'était arrêté à la ferme. Selon la Gendarmerie royale du Canada (GRC), ils n'étaient pas connus des propriétaires de la ferme.

Depuis son décès, des propos racistes se sont propagés en grand nombre sur Twitter et Facebook, ce qu'a dénoncé M. Wall sur sa page Facebook (Nouvelle fenêtre), les qualifiant de dangereux.

« Ces commentaires ne sont pas seulement inacceptables, ils font preuve d'intolérance, ils trahissent les valeurs et le caractère de la Saskatchewan. Ils sont dangereux. Il y a des lois qui protègent les citoyens de ce que ce genre de haine peut fomenter. Elles seront appliquées. »

Le racisme n'a pas sa place en Saskatchewan.

Brad Wall, premier ministre de la Saskatchewan

De son côté, M. Wotherspoon a affirmé sur Twitter que les commentaires sont révoltants.

Nous devons confronter le racisme en Saskatchewan.

Trent Wotherspoon, chef par intérim de l'opposition néo-démocrate

Dans un communiqué diffusé le 12 août, l'Assemblée des Premières Nations (APN) a également condamné les propos racistes formulés à la suite de la mort de Colten Boushie.

« Les commentaires racistes et désobligeants à l'égard de ce jeune homme, ainsi que du peuple des Premières Nations publiés en ligne et sur les réseaux sociaux en réponse à cette tragédie sont profondément troublants », a indiqué le chef national de l'APN Perry Bellegarde. Il a précisé qu'il « y a beaucoup de travail à faire en Saskatchewan ».

Son homologue saskatchewanais, de la Fédération des nations autochtones souveraines, Bobby Cameron s'est dit, quant à lui, déçu par la façon dont la GRC a présenté l'incident. Il a estimé que le communiqué de presse de la GRC contenait des renseignements préjudiciables pour que le lecteur moyen pense que le geste était en quelque sorte justifié.

« Le message véhiculé par le communiqué de presse de la GRC ne devrait pas alimenter les tensions raciales », a-t-il fait savoir.

Lors des funérailles de Colten Boushie, sa mère Debbie Baptiste a évoqué un garçon engagé dans sa communauté, travailleur et toujours prêt à prêter main-forte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !