•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Turquie veut que les Kurdes quittent Manbij

Un combattant des FDS intercepte le véhicule d'un résident de Manbij qui revient chez lui.
Un combattant des FDS intercepte le véhicule d'un résident de Manbij qui revient chez lui. Photo: Getty Images / DELIL SOULEIMAN
Reuters

La Turquie souhaite que les combattants kurdes, qui ont contribué à la libération de la ville syrienne de Manbij en chassant les djihadistes du groupe armé État islamique (EI), se retirent sur la rive orientale de l'Euphrate, a déclaré lundi le ministre turc des Affaires étrangères.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de miliciens kurdes et arabes soutenue par les États-Unis, ont annoncé vendredi avoir repris la totalité de cette ville située à l'ouest de l'Euphrate près de la frontière turque.

« Bien sûr que nous avons une attente », a déclaré Mevlut Cavusoglu devant la presse à Ankara. « Les États-Unis ont promis que les forces [syriennes kurdes] de la coalition et les forces démocratiques reprendraient position à l'est de l'Euphrate après l'opération à Manbij », a-t-il dit.

La Turquie considère que la milice YPG, qui participe aux FDS, est une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui mène une insurrection depuis trois décennies dans le sud-est de la Turquie.

Les États-Unis et l'Union européenne considèrent le PKK comme une organisation terroriste.

État islamique, le règne de la terreur

La prise de Manbij constitue l'un des plus importants succès militaires enregistrés par une organisation soutenue par Washington depuis que les Américains ont lancé leur campagne contre l'EI il y a deux ans.

La récupération de Manbij représente une première étape en vue de la poursuite de l'offensive en direction de Raqqa, capitale de fait de l'EI en Syrie.

International