•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le grand chef des Malécites de Viger voit loin pour sa communauté

Le reportage de Richard Lavoie
Radio-Canada

Avec l'élection d'un nouveau conseil de bande, la Première Nation Malécite de Viger à Cacouna souhaite inaugurer une nouvelle ère d'ouverture, de développement économique et de négociations.

Une fois par année, les Malécites de Viger battent le rappel. Sur le territoire minuscule de la réserve de Cacouna, les danses témoignent des traditions très fortes malgré la dispersion de la communauté.

Élu grand chef il y a quelques mois, Jacques Tremblay a la fibre entrepreneuriale. Celui qui a déjà été copropriétaire du Drakkar de Baie-Comeau a de grands projets pour sa communauté. Il veut notamment investir dans l'industrie de la pêche, une activité qui rapporte déjà 90 % des revenus de la communauté.

Soit qu'on regarde pour partir une nouvelle usine ou il y a peut-être même des projets d'association avec d'autres gens qui travaillent dans ces domaines-là

Jacques Tremblay, grand chef de la nation Malécites de Viger. 
Le Grand chef Jacques TremblayLe Grand chef Jacques Tremblay Photo : Simon Turcotte - Radio-Canada

Le grand chef Tremblay souhaite aussi obtenir une compensation pour l'utilisation, par Québec, d'une bande de 169 hectares située en plein sur le tracé de l'autoroute 85.

Ça passe directement sur nos terres donc il va falloir trouver un terrain d'entente avec le gouvernement là-dessus

Jacques Tremblay, grand chef de la nation Malécites de Viger. 

L'autre priorité du chef, ce sont les relations avec les non-autochtones. Jacques Tremblay est bien conscient qu'il faut mieux se faire connaître s'il veut un jour pouvoir mener à bien les négociations sur les revendications territoriales.

Est du Québec

Autochtones