•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les négociations entre les ingénieurs et Québec piétinent

Route en construction

Travaux routiers (archives)

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les négociations ne progressent pas entre le gouvernement du Québec et ses ingénieurs, qui n'ont toujours pas réussi à renouveler leur convention collective, contrairement à la majorité des employés de l'État.

L'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec a eu des négociations intensives avec Québec à compter du 28 juin, mais celles-ci ont fini en cul-de-sac le 4 juillet.

Depuis, rien n'a vraiment bougé à ce chapitre, a indiqué le président du syndicat, Michel Gagnon, au cours d'une entrevue vendredi.

Ces ingénieurs employés du gouvernement dans les différents ministères et organismes font, depuis le 14 mars dernier, une grève des heures supplémentaires. Ils s'en tiennent ainsi à un horaire de 7 h 30 à 16 h 30, s'abstenant de travailler les soirs et les week-ends.

Plus tôt cette semaine, le Tribunal administratif du travail a d'ailleurs rendu une décision favorable au gouvernement concernant les services essentiels à maintenir au pont Laviolette, qui relie Trois-Rivières à Bécancour.

L'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement représente 1400 membres dans l'ensemble du Québec. Elle détient déjà un mandat de grève générale illimitée.

La convention collective est échue depuis le 31 mars 2015, soit depuis près d'un an et demi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !