•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réunion sur les droits des anglophones du N.-B. rassemble 200 personnes à Moncton

Plus de 200 personnes étaient présentes pour la réunion de l'Association des droits des anglophones du N.-B.

Plus de 200 personnes étaient présentes pour la réunion de l'Association des droits des anglophones du N.-B.

Photo : Radio-Canada/Pierre-Alexandre Bolduc

Radio-Canada

L'Association pour les droits des anglophones du Nouveau-Brunswick s'est réunie, jeudi soir, à Moncton. Plus de 200 personnes étaient présentes.

Lors de cette réunion, l'organisation a dit souhaiter aborder plusieurs « injustices » auxquelles fait face la communauté anglophone dans la province.

Le groupe estime notamment que les anglophones sont désavantagés dans les concours d'emploi au gouvernement provincial quand le bilinguisme est un critère d'embauche.

L'Association pour les droits des anglophones a d'ailleurs récemment proclamé que ces derniers ont aussi des droits, sur un panneau publicitaire au centre-ville de Moncton.

Cela avait suscité beaucoup de réactions sur les médias sociaux tant chez des francophones que des anglophones.

Au programme de cette réunion

  • Barrières à l'emploi et avancement de carrière
  • Échec du système d'éducation
  • Coût déraisonnable du bilinguisme
  • Manque de logique et de raisonnement dans l'application des lois sur les langues

Un petit groupe de francophones a assisté à la réunion.

Rencontré avant la réunion, le vice-président de la Société nationale de l'Acadie, Xavier Lord-Giroux, s'est dit « curieux » face à ce rassemblement.

Une association qui milite pour le droit des anglophones au Nouveau-Brunswick se paye une publicité sur la rue Main.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une association qui milite pour le droit des anglophones au Nouveau-Brunswick se paye une publicité sur la rue Main.

Photo : Radio-Canada/Nicolas Steinbach

Il a réagi notamment à la pancarte publicitaire. « Ils ont réussi à se mobiliser et à payer cette affiche-là qui a coûté 1000 $. [...] De voir que les gens peuvent se mobiliser comme ça pour récolter de l'argent aussi facilement il me semble, il y a peut-être des leçons à retenir de notre part, mais c'est curieux très certainement », déclare-t-il. 

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

Société