•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux travailleurs migrants s'évanouissent à cause de la chaleur en Ontario

Travailleur migrant temporaire
Travailleur migrant temporaire Photo: iStock

Un organisme pour la défense des travailleurs migrants tire la sonnette d'alarme en cette période de chaleur prolongée. Selon Justicia for Migrant Workers, deux employés agricoles se sont récemment évanouis dans le sud-ouest de l'Ontario en raison de leurs conditions de travail.

Un texte de Édith DrouinTwitterCourriel

En cette saison des récoltes, la chaleur qui persiste ajoute au fardeau des travailleurs agricoles, et surtout, des travailleurs migrants, selon Chris Ramsaroop, de l'organisation Justicia for Migrant Workers.

Les travailleurs, dont les journées de travail durent 8,9,10 heures, sont épuisés et fatigués.

Chris Ramsaroop, organisateur de Justicia for Migrant Workers

Il rapporte que deux travailleurs se sont évanouis en travaillant dans un champ du sud-ouest de l'Ontario. 

L'organisme pour la défense des travailleurs migrants demande donc à la province de mettre en place une réglementation pour protéger ces travailleurs en cas de chaleur extrême. 

Chris Ramsaroop cite l'exemple de la Californie, où les producteurs doivent donner plus de pauses à leurs employés, leur fournir gratuitement de l'eau et à leur permettre de rester à l'ombre.

Cette mesure serait un pas vers l'avant pour assurer la sécurité des travailleurs, selon Tanya Basok, professeure de sociologie à l'Université de Windsor, à condition que le gouvernement veille à ce que le règlement soit appliqué. 

Plus de surveillance

Justicia for Migrant Workers demande aussi au ministère du Travail d'effectuer des visites surprises sur les fermes et dans les serres.

Une mesure qui est déjà censée être en place, indique Mme Basok, mais qui n'est pas encore appliquée, selon ses observations. Ces inspections seraient pourtant importantes, selon elle, puisque les travailleurs migrants gardent souvent le silence lorsque leurs droits sont bafoués.

C'est surtout l'évaluation de l'employeur qui détermine si les travailleurs peuvent continuer à participer au programme de travail. Les travailleurs ne veulent donc pas courir le risque de les dénoncer. 

Tanya Basok, professeure de sociologie à l'Université de Windsor

Les travailleurs migrants ont le droit de refuser de travailler dans des conditions dangereuses en vertu du Règlement canadien sur la santé et la sécurité au travail.

Le ministère du Travail affirme que ses employés font des inspections préventives sur les fermes. La province indique aussi que selon la loi, les employeurs doivent prendre toutes les précautions nécessaires pour protéger leurs employés. Ils doivent donc mettre en place des procédures pour protéger leurs travailleurs de la chaleur si nécessaire. 

Ontario

Santé