•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La langue ojibwée s'invite dans un camp de jour

Les enfants apprennent un chanson en langue Ojibwé.

Les enfants apprennent un chanson en langue Ojibwé.

Photo : Héloïse Bargain / Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ce mardi a lieu la Journée internationale des peuples autochtones. L'ONU a choisi d'aborder la thématique de l'éducation pour célébrer cette 22e édition. À Winnipeg, un camp de jour propose un programme linguistique pour apprendre aux enfants à parler ojibwé.

Un texte de Héloïse BargainTwitterCourriel

Au camp de jour linguistique, une quinzaine d'enfants, assis en rond, apprennent la chanson de la Mikinak, (tortue en ojibwé). Les vocalises sont timides, mais les enfants apprennent une langue qu'ils ne connaissent pas encore : l'ojibwé.

C'est la première fois qu'un camp de jour de la sorte se tient dans la capitale manitobaine. Il a ouvert ses portes cet été et compte déjà plus d'une centaine d'enfants inscrits.

Au programme : chants traditionnels, ateliers de percussions, cueillette de plantes et bien d'autres activités encore...

« On veut mettre l'apprentissage de la langue de l'avant, mais de manière enrichissante et amusante pour les enfants », explique la responsable de l'équipe du camp, Rebecca Chartrand.

Retrouver l'identité perdue

Rebecca Chartrand explique que de nombreuses langues autochtones se sont éteintes à l'époque des pensionnats, ce qui fait qu'il y a un grand décalage entre la génération des grands-parents, qui savent très bien parler leur langue, et la génération des parents, qui n'ont appris que l'anglais à l'école.

L'exemple des professeurs bénévoles du camp de jour illustre bien ce décalage générationnel. Une bonne partie des enseignants sont des retraités passionnés qui ont appris l'ojibwé dans leur enfance et qui souhaitent passer le flambeau aux plus jeunes.

Rebecca Chartrand explique les paroles d'une chanson en langue ojibwée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Rebecca Chartrand explique les paroles d'une chanson en langue Ojibwé.

Photo : Héloïse Bargain / Radio-Canada

Pour Rebecca Chartrand, ce programme s'inscrit dans la mouvance grandissante de « revitalisation » des langues autochtones et contribue à faire perdurer la langue à travers les jeunes générations.

Mais au-delà de la langue, c'est toute l'identité autochtone qui est transmise à travers le camp de jour.

La langue, ça leur donne une forte conscience de leur identité [...], mais ça les aide aussi à se situer, à savoir qui ils sont et quelle est leur histoire.

Une citation de :Rebecca Chartrand, responsable de l'équipe du camp de jour

Continuer l'apprentissage à l'école

Le camp de jour se tient dans les locaux de l'école Riverbend Community School. Et lorsque les enfants rentreront de vacances, ils auront encore l'occasion de pratiquer leur ojibwé en venant dans cette même école.

Située dans le nord de Winnipeg, l'école Riverbend Community School propose des programmes bilingues pour tous les niveaux à compter de la maternelle.

L'école Riverbend Community School offre des programmes bilingues en langues autochtones.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'école Riverbend Community School offre des programmes bilingues en langue autochtone.

Photo : Héloïse Bargain / Radio-Canada

L'apprentissage se fait dans les deux langues en fonction des matières.

Les sciences sociales sont enseignées en ojibwé, tandis que les sciences pures, comme les mathématiques, sont enseignées en anglais, explique madame Chartrand. Reste que dans tous les cas, les professeurs sont libres de s'adapter en fonction des besoins des enfants.

Fier d'être Autochtone

Pour Rebecca Chartrand, l'apprentissage de la langue peut jouer un rôle très important dans le développement de l'enfant.

Cela va les aider à sentir de la fierté. Ils vont pouvoir se dire : "Hé, c'est cool je sais parler ma langue", et ça va contrebalancer toutes les choses négatives qu'ils entendent autour d'eux. Ça les rend fiers de leur identité au lieu d'être honteux.

Une citation de :Rebecca Chartrand, responsable de l'équipe du camp de jour

Pour la responsable de l'équipe du camp, qu'importe le passé que les enfants ont, qu'importe où le vent les portera, la langue leur donnera des racines qui les aideront à être plus forts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !