•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison de la pêche au homard est lancée dans le sud-est du N.-B.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La pêche au homard commence mardi matin dans le sud-est du Nouveau-Brunswick. Les pêcheurs s'attendent à une bonne saison et à des prix historiquement élevés.

En ce début de saison de pêche au homard dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, l'Union des pêcheurs des Maritimes se dit optimiste. « On s'attend à avoir de bonnes pêches. Les pêcheurs ont des perspectives positives. Ils sont un peu anxieux et ont hâte de commencer », indique le directeur général de l'Union des pêcheurs des Maritimes, Christian Brun.

Quant au prix de la livre cette année, les pêcheurs attendent un niveau bien supérieur à celui de l'an passé.

« On devrait avoir des prix considérablement plus élevés que ce qu'on a eu l'automne passé. »

— Une citation de  Christian Brun, directeur général de l'Union des pêcheurs des Maritimes

C'est aussi la première pêche dans cette zone depuis qu'Ottawa a tranché en faveur des pêcheurs du Nouveau-Brunswick, en augmentant la taille minimale des homards pêchés.

Une mesure de conservation qui déplaît aux pêcheurs de l'Île-du-Prince-Édouard, qui affirment que la demande est grande pour leurs homards de petite taille.

Selon Christian Brun, certains pêcheurs insulaires ont fait savoir qu'ils se trouveront plus fréquemment du côté du Nouveau-Brunswick pour pêcher. Une attitude que dénonce le directeur général de l'Union des pêcheurs des Maritimes.

« De faire des provocations de ce genre-là, c'est tout simplement rendre plus complexe la pêche. Et ça va vraiment à l'encontre de la camaraderie qui existe sur l'eau. »

— Une citation de  Christian Brun, directeur général, Union des pêcheurs des Maritimes

Selon lui, les pêcheurs veulent rester concentrés et ne veulent pas commencer de conflit. « Il y a amplement de territoire pour tout le monde », conclut-il.

Selon les informations de Margaud Castadère et Clara Baillot.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie