•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 100 marcheurs à Sept-Îles en appui aux chiens de race pitbull

Ces marcheurs appuient la démarche pour abolir le règlement contre les pitbulls à Sept-Îles.

Ces marcheurs appuient la démarche pour abolir le règlement contre les pitbulls à Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Louis Garneau

Radio-Canada

À Sept-Îles dimanche, près d'une centaine de personnes ont marché dans la rue afin de réclamer l'abolition du règlement qui interdit la présence de pitbulls sur le territoire municipal.

Ils revendiquent le même traitement pour tous les chiens, sans discrimination.

La marche s'est déroulée dans le calme, sous escorte policière. L'organisatrice de la marche se dit satisfaite des appuis reçus.

Près d'une centaine de marcheurs de Sept-Îles soutiennent la démarche de Jacob Richard et Karol-Ann Connolly.

Près d'une centaine de marcheurs de Sept-Îles soutiennent la démarche de Jacob Richard et Karol-Ann Connolly pour annuler le règlement municipal contre les pitbulls.

Photo : Radio-Canada / Louis Garneau

Si la population démontre qu'elle est sur les mêmes pas que nous, ça va nous aider. Mais on va aller jusqu'au bout, même s'il n'y a personne. On ne lâchera pas notre bout. Demain, on s'en va au conseil directement.

Karol-Ann Connolly, propriétaire d'un chien pitbull

Le groupe a l'intention de demander aux élus d'annuler le règlement adopté en 2005, et qui interdit la présence des pitbulls sur le territoire municipal.

Les marcheurs revendiquent l'égalité des droits pour les différentes races de chiens.

Les marcheurs revendiquent l'égalité des droits pour les différentes races de chiens.

Photo : Radio-Canada / Louis Garneau

Par ailleurs, un rapport obtenu par La Presse Canadienne recommande de ne pas bannir les chiens de type pitbull. Le groupe de travail mandaté par le gouvernement Couillard propose une approche au cas par cas, et l'utilisation de mesures comme le port de la muselière et les cours de dressage.

Les municipalités devraient cependant conserver le pouvoir d'imposer des réglementations plus sévères.

Un texte de Louis Garneau

Est du Québec

Art de vivre