•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rassemblement à Montréal pour les droits des immigrants trans

La manifestation de l'an dernier
La manifestation de l'an dernier Photo: Facebook (Euphorie dans le genre)
La Presse canadienne

Pour une troisième année, un rassemblement se tiendra dimanche à Montréal pour soutenir la cause des personnes trans.

Cette année, les organisateurs – le groupe de pression « Euphorie dans le genre » – prennent parti pour les droits des personnes trans migrantes afin qu'elles obtiennent une reconnaissance sur le plan juridique.

Malgré les gains obtenus pour les trans au cours des dernières années, la porte-parole du mouvement, Dalya Briki, affirme que l'article 71 du Code civil interdit toujours aux personnes migrantes de changer de nom ou de mention de sexe si elles ne sont pas des citoyennes canadiennes.

Elle estime qu'une simple preuve de résidence permanente devrait être suffisante afin que ces personnes ne soient pas marginalisées.

À son avis, il est primordial que les personnes trans migrantes aient des documents qui concordent avec leur identité, sinon, poursuit Dalya Briki, elles se retrouvent dans des contextes de discrimination.

Quelques autres revendications des organisateurs :

  • Que cessent les déportations des personnes trans migrantes; 
  • Que les personnes trans migrantes demandant refuge n'aient pas à passer par les centres de détention; 
  • Que les organismes venant spécifiquement en aide aux personnes trans migrantes aient plus de financement pour répondre à leurs besoins; 
  • Que l'accès aux soins de santé et services sociaux soit facilité pour les personnes trans migrantes, en particulier pour les personnes qui ne sont pas couvertes par la RAMQ; 
  • Que Citoyenneté et Immigration Canada et le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion du Québec entament une réflexion avec les communautés trans à propos de l'utilisation de la mention de sexe et du nom dans leurs formulaires. 

Dalya Briki se dit optimiste de voir éliminer le critère de la citoyenneté pour les migrants trans dans l'article 71 du code civil, ce qui permettrait des procédures rapides, simples et accessibles aux migrants trans.

La 3e Marche pour les droits des personnes trans commencera à 14 heures au centre-ville de Montréal avec comme point de départ la place de la Paix, à la station de métro Saint-Laurent.

Aucun thème sélectionné