•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nathalie Normandeau retrouve un micro à Québec

Nathalie Normandeau au palais de justice de Québec.
Nathalie Normandeau au palais de justice de Québec. Photo: ICI Radio-Canada/Maxime Corneau

Nathalie Normandeau fera un retour à la radio sur les ondes de BLVD 102,1, une station de Leclerc communications, à Québec.

L'ancienne vice-première ministre du Québec, qui fait actuellement face à plusieurs accusations criminelles, sera de retour en ondes le 6 septembre prochain.

Le directeur de la programmation de la station, Dan Caron, a confirmé la nouvelle obtenue en primeur par Radio-Canada. « C'est une excellente nouvelle pour notre compagnie », a-t-il dit, en soulignant qu'elle aurait été approchée par trois groupes médiatiques à Québec.

Nathalie Normandeau mérite de reprendre un micro. C'est un des plus beaux talents de radio que j'ai entendus.

Dan Caron, directeur de la programmation BLVD 102,1

Selon lui, les accusations criminelles auxquelles fait face Nathalie Normandeau ne soulèvent aucune crainte pour la direction. « La justice suit son cours. Moi, je fais de la programmation et je suis heureux d'avoir une fille comme Nathalie à l'antenne. »

Dan Caron confirme qu'elle sera animatrice et qu'elle aura « son émission ». L'annonce officielle est prévue pour le 22 août.

L'ex-libérale, qui coanimait avec Éric Duhaime l'émission du midi au FM 93, à Québec, avait été suspendue le 17 mars après son arrestation par l'Unité permanente anticorruption. Elle a ensuite été congédiée, le 5 avril.

Depuis, elle poursuit la direction de Cogeco pour la somme de 722 500 $ pour congédiement illégal. Nathalie Normandeau estime que la présomption d'innocence aurait dû prévaloir, surtout que les faits qui lui sont reprochés ne sont pas liés à son ancien travail au FM 93.

Elle avait tenté d'obtenir une ordonnance de sauvegarde en cour pour récupérer son salaire pendant les procédures de la poursuite. L'ordonnance lui a finalement été refusée par un juge.

Les accusations qui pèsent contre elle, soit complot, fraude, abus de confiance, corruption de fonctionnaires et utilisation de la charge publique pour obtenir des faveurs, sont relatives à des faits qui seraient survenus alors qu'elle était députée puis ministre du Parti libéral du Québec, de 2000 à 2012.

Québec

Société