•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump plaide l'unité pour se dépêtrer de l'affaire Khan

Le candidat républicain Donald Trump

Le candidat républicain Donald Trump

Photo : Reuters / Eric Thayer

Reuters

Toujours enlisé dans l'affaire Khizr Khan, père d'un soldat musulman tué en Irak en 2004, Donald Trump a enfourché mercredi le thème de l'unité alors que les critiques se multiplient dans le camp républicain pour dénoncer le nouveau dérapage du candidat à la Maison-Blanche.

« Il y a une grande unité dans ma campagne, peut-être encore plus grande qu'auparavant », a écrit le milliardaire sur son compte Twitter.

Je veux tous vous remercier pour votre formidable soutien.

Donald Trump, sur Twitter

Il en a profité au passage pour égratigner sa rivale Hillary Clinton en ajoutant : « battons la malhonnête H! », la lettre majuscule désignant la candidate démocrate.

À l'évidence, M. Trump tente de reprendre l'initiative et de tourner la page sur l'une des polémiques les plus dommageables dans laquelle il s'est engagé depuis le début de sa campagne électorale, il y a un an.

Le magnat de l'immobilier s'enlise depuis jeudi dernier dans une controverse avec la famille Khan, un couple d'origine pakistanaise, dont le fils a été tué par l'explosion d'une bombe alors qu'il servait dans l'armée américaine.

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Une menace pour la démocratie

Son équipe de campagne a en vain tenté de convaincre Donald Trump d'en finir avec la polémique. Le président de la Commission nationale républicaine, Reince Priebus, est furieux des propos tenus par l'homme d'affaires et lui a demandé à plusieurs reprises de changer d'attitude, a rapporté la chaîne ABC News.

Celle-ci a ajouté que les dirigeants du Parti républicain examinent les moyens de remplacer M. Trump sur le ticket républicain pour la présidentielle du 8 novembre. L'information n'a pas été confirmée.

Mardi soir, Meg Whitman, directrice générale de Hewlett Packard et important soutien financier du Parti républicain, a appelé à voter pour Hillary Clinton, qualifiant Donald Trump de « personnalité autoritaire » et de menace pour la démocratie.

Dans un entretien au New York Times, Meg Whitman a expliqué qu'il est temps de « placer le pays avant le parti ».

Critiques déplacées

Plusieurs dirigeants républicains, dont le président de la Chambre des représentants Paul Ryan et l'ancien candidat à la présidentielle, le sénateur John McCain, ont fustigé les propos de Donald Trump à l'intention de la famille Khan.

La tombe du capitaine Humayun Khan au cimetière d'ArlingtonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La tombe du capitaine Humayun Khan au cimetière d'Arlington

Photo : Reuters / Lucas Jackson

Dans une intervention à la tribune de la convention nationale démocrate jeudi dernier, Khizr Khan avait apostrophé Donald Trump pour ses propos sur les musulmans et lui avait reproché de ne « rien avoir sacrifié pour son pays ».

Les Khan sont une famille Gold Star, expression qualifiant ceux qui ont perdu un enfant dans un conflit armé. Humayun Khan, ancien capitaine de l'armée américaine, est considéré comme un héros de guerre après son décès lors de la campagne d'Irak en 2004.

Cette question de l'engagement militaire est un sujet particulièrement sensible aux États-Unis, où une grande partie de l'électorat est animée par la fibre patriotique.

Même le gouverneur du New Jersey Chris Christie, allié de longue date de M. Trump et dont le nom avait circulé pour être candidat à la vice-présidence, a estimé que les attaques contre la famille Khan étaient déplacées.

L'équipe de campagne du magnat est venue mercredi affirmer que ce dernier contrôlait totalement sa course à la Maison-Blanche et qu'il gardait le cap qui convenait.

« La campagne se porte très bien. Nous sommes organisés. Nous allons de l'avant », a déclaré Paul Manafort, directeur de campagne de Trump, sur la chaîne Fox News.

Cette polémique a fait perdre à Donald Trump tout le bénéfice de son investiture lors de la convention nationale républicaine. En général, cette désignation s'accompagne d'une poussée dans les intentions de vote. L'effet n'a pas fait long feu, cette fois.

Barack Obama, qui prend régulièrement un malin plaisir à se moquer de celui qui brigue sa place, a jugé mardi que M. Trump n'était pas digne de devenir président des États-Unis.

Pourquoi continuez-vous à le soutenir?

Barack Obama s'adressant à la hiérarchie républicaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International