•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carambolage à Edmundston : la victime était « un nouveau membre » des Hells Angels

Entrevue avec André Cédilot, spécialiste des affaires criminelles
Radio-Canada

Kenny Bédard, identifié par La Presse Canadienne comme étant la victime du spectaculaire carambolage de motocyclettes qui a eu lieu vendredi soir à Edmundston, au Nouveau-Brunswick, était membre des Hells Angels depuis peu, selon André Cédilot, spécialiste en affaires criminelles. 

« Il portait les couleurs du club-école des Hells Angels au début des années 2000, qui s'appelait les Rockeurs de Montréal. Mais tous ces clubs ont été démantelés par la police lors de l'opération Printemps 2001 et Kenny Bédard avait écopé de plusieurs années de pénitencier. Il vient d'en sortir et, là, il a obtenu ses couleurs des Hells Angels, donc il est un membre en règle des Hells Angels depuis tout récemment », affirme André Cédilot. 

Des motos couchées sur la route Photo : Digiphoto Actualité/Jean-Pierre Boucher

« Depuis sa sortie de prison, Kenny Bédard travaillait surtout dans le sud-ouest de Montréal. Ce quartier était ouvert au trafic de drogue depuis très longtemps, les Hells Angels le convoitaient et ils sont en contrôle depuis peu. À l'époque, Kenny Bédard était déjà un trafiquant du sud-ouest de Montréal et c'est sans doute lui qui a obtenu le contrôle du territoire pour les Hells Angels dans ce quartier », ajoute-t-il. 

Que faisaient les Hells Angels dans l'est du Canada?

Pour André Cédilot, « c'est une tradition chez les Hells Angels d'organiser des randonnées de motocyclettes l'été. Ces randonnées sont planifiées, c'est même une obligation de les organiser, car ce sont des exercices de démonstration de force. Il s'agit aussi de marquer des territoires; soit déjà conquis, soit à conquérir ». 

« Les Hells Angels profitent de ces randonnées pour rencontrer d'autres motards et fraterniser. C'est essentiel pour eux de les rencontrer, de leur serrer la poigne pour bien les connaître. Car les Hells Angels sont toujours méfiants de l'infiltration dans leurs rangs ». 

Qui sont les Red Devils et les Dark Siders, eux aussi impliqués dans le carambolage?

« Ce sont des groupes de motards qui ont été créés pendant que la plupart des groupes des Hells Angels étaient derrière les barreaux. Ces motards ont pris la relève des Hells Angels au Québec, mais aussi pour faire le lien avec d'autres provinces. Maintenant que les membres des Hells Angels commencent à sortir, on les présente pendant ces randonnées aux motards des autres provinces », explique M. Cédilot. 

Faut-il craindre cette présence sur le territoire de l'Atlantique?

Oui, selon André Cédilot. « On peut penser que le trafic de drogue qui est déjà présent va se développer davantage; le plus pernicieux dans tout ça, c'est qu'aujourd'hui les Hells Angels investissent dans des entreprises légitimes, donc souvent ce n'est pas très sain pour la concurrence. En général, ils se tiennent tranquilles, à moins de conflits : on l'a vu à Montréal durant les années où les Hells Angels ont voulu prendre le monopole du trafic de drogue au détriment des Rock Machine. Une guerre qui a duré 7 ans et fait 160 morts ». 

Acadie

Justice et faits divers