•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La population de poisson fourrage décline en Atlantique

Un banc de poissons fourrage

Un banc de poissons fourrage

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le fonds mondial pour la nature estime que trois espèces pêchées dans les eaux de l'Atlantique seraient dans un état critique. Selon l'organisme, la pêche commerciale serait en cause.

Un reportage de Audrey RoyTwitterCourriel

Les poissons fourrage sont une source d'alimentation vitale pour de nombreuses espèces comme les baleines, les phoques, certains oiseaux et de plus gros poissons, comme le thon et la morue.

Mais certains poissons de proies seraient en déclin en Atlantique, d'après Aurélie Consandey-Godin, spécialiste des océans au Fonds mondial pour la nature.

« Ces espèces-là sont dépendantes des poissons de proies, donc quand on voit des diminutions importantes dans ces proies, ç'a des répercussions sur ces prédateurs » estime-t-elle. 

Le maquereau de l'Atlantique victime de la surpêche

Trois espèces de poissons fourrage seraient dans un état critique : deux stocks de hareng du golfe du Saint-Laurent et un stock de maquereau de l'Atlantique.

Pour la pêche au maquereau, c'est définitivement de la surpêche et pour ce qui est des harengs dans le golfe du Saint-Laurent, il y a définitivement les effets des changements climatiques

Aurélie Consandey-Godin, spécialiste des Océans au Fonds mondial pour la nature

Une grande quantité de hareng est pêchée par les quatre provinces de l'Atlantique, particulièrement en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick.

Les pêches au maquereau et au capelan sont aussi très importantes du côté de Terre-Neuve-et-Labrador.

Quantité de poissons fourrage pêchés à des fins commerciales en 2014, en nombre de tonnesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Quantité de poissons fourrage pêchés à des fins commerciales en 2014, en nombre de tonnes

Photo : Radio-Canada

Les conséquences sont environnementales mais aussi économiques selon Aurélie Consandey-Godin : « on peut penser à nos industries touristiques, pour par exemple voir les baleines ou les oiseaux marins. Ou aussi à notre pêche commerciale ». 

Les poissons fourrage sont d'ailleurs essentiels pour le rétablissement de la pêche commerciale à la morue.

Le fonds mondial pour la nature souhaite rencontrer l'industrie des pêches pour en discuter.

L'organisme demande maintenant à Pêches et Océans Canada de consacrer plus d'efforts à la protection des poissons fourrage, particulièrement le maquereau de l'Atlantique.

« On a pas une bonne connaissance de toutes les prises de pêche en ce moment, et ça, c'est un problème majeur qu'il faut adresser » affirme la spécialiste du Fonds Mondial pour la nature. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

Environnement