•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obama juge Trump « indigne » de devenir président

Le président américain Barack Obama a critiqué Donald Trump lors d'un point de presse, à Washington.

Photo : Reuters/Joshua Roberts

Reuters

Les récentes attaques de Donald Trump contre la famille d'un officier musulman de l'armée américaine tué en Irak sont une nouvelle preuve que le candidat républicain n'est pas digne de devenir président des États-Unis, a déclaré mardi Barack Obama.

Les critiques de Donald Trump contre la famille Khan ont suscité une énorme polémique jusque dans le camp républicain, dont plusieurs dirigeants ont publiquement dénoncé les propos du magnat de l'immobilier.

Réagissant à cette polémique pendant une conférence de presse à Washington, Barack Obama a interpellé les dirigeants républicains qui ont critiqué Trump.

Pourquoi continuez-vous à le soutenir?

Barack Obama, interpellant les républicains

« Il y a un moment où il faut dire, ça suffit », a soutenu le président américain, estimant que Trump a montré de manière répétée, par ses provocations comme par son incompréhension des affaires du monde, qu'il n'est « pas du tout qualifié » pour lui succéder à la Maison-Blanche.

Donald Trump dans une école secondaire de Ashburn en VirginieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Donald Trump dans une école secondaire de Ashburn en Virginie

Photo : La Presse canadienne / Evan Vucci

M. Trump n'a pas tardé à répliquer sur sa page Facebook, critiquant vertement le tandem Obama-Clinton pour sa gestion des conflits au Moyen-Orient et des enjeux de sécurité, ainsi que son bilan économique.

« Ils ont trahi notre sécurité et nos travailleurs, et Hillary Clinton a prouvé qu'elle était inapte à servir à n'importe quel poste au gouvernement », a-t-il ajouté, après avoir également critiqué l'ancienne secrétaire d'État américaine pour avoir utilisé une adresse de courriel illégale lorsqu'elle était en fonction. 

La polémique opposant Donald Trump à la famille Khan, qui est intervenue sur la scène de la convention d'investiture du Parti démocrate, fin juillet, ne cesse de créer des remous au sein du Parti républicain.

Entre autres piques, Donald Trump a soupçonné l'équipe de campagne d'Hillary Clinton d'avoir rédigé le discours de Khizr Khan et s'est interrogé sur le silence de son épouse.

Le gouverneur du New Jersey Chris Christie, jusque-là soutien indéfectible du candidat républicain, a pris mardi ses distances avec les propos de Donald Trump, selon lui « déplacés ».

« Je n'ai pas vu le discours de M. Khan à la convention démocrate, mais je vais simplement dire ceci: je suis un père de famille et je ne peux pas imaginer la douleur de perdre un enfant, quelles que soient les circonstances », a déclaré Chris Christie, cité par le site d'informations Politico.

Richard Hanna, élu républicain de New York à la Chambre des représentants, est allé plus loin en déclarant qu'il allait voter pour Hillary Clinton le 8 novembre prochain.

Les relations entre Washington et Moscou ne sont pas minées

Même s'il s'avère que la Russie a bel et bien orchestré le piratage de courriels du Parti démocrate, comme le soupçonnent les services de renseignement américains, les relations que Washington entretient avec Moscou ne devraient pas trop en souffrir, estime le président Obama. Les États-Unis ont « beaucoup de différends avec la Russie sur un grand nombre de dossiers, mais je crois que nous avons été en mesure de rester concentrés sur ces enjeux pour lesquels nous avons toujours un intérêt commun », a-t-il commenté en conférence de presse.

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International