•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le collectif des parents inquiets se questionne sur l'Association des parents et le CEF

Le résumé d'Anouk Lebel

Le Collectif des parents inquiets et préoccupés (CPIP) a fait parvenir une lettre à la présidente de l'Association des parents fransaskois (APF), Colette Lavallée, qui remet en question la relation entre l'APF, le Conseil scolaire fransaskois (CSF) et le Conseil des écoles fransaskoises (CEF). La lettre, dont Radio-Canada a obtenu une copie, critique notamment la présence de Roger Gauthier lors de la tournée provinciale de l'organisme prévue pour le mois d'août.

La lettre présente les inquiétudes du collectif qui affirme avoir observé un « grand changement dans les relations que l'Association des parents fransaskois entretient avec le CSF et le CEF ». Selon le CPIP, l'APF s'est éloignée du Conseil scolaire et du Conseil des écoles. Le collectif fait valoir que l'Association de parents a développé une complicité avec ce qu'elle décrit comme « un groupe de parents revendicateurs de Saskatoon ».

Le CPIP cite la présence de Roger Gauthier à l'occasion de la tournée de l'APF, dont l'objectif est d'informer les parents sur le fonctionnement du CEF et du CSF et de les inciter à s'impliquer dans les différents postes associés à la gestion scolaire fransaskoise. Le collectif fait valoir que les personnes visées dans la lettre sont d'anciens employés de l'APF. Le groupe souligne aussi l'absence de représentant du Conseil scolaire fransaskois, ce qui surprend compte tenu de l'objectif de la tournée.

Finalement, le collectif pose sept questions à l'Association des parents fransaskois, notamment au sujet des frais associés à cette tournée.

La présidente de l'APF Colette Lavallée se dit surprise par la lettre du Collectif des parents inquiets et préoccupés et assure que Roger Gauthier a été choisi pour son expertise et son expérience dans le milieu scolaire.

« Il a été conseiller scolaire avant même que le CEF existe, explique-t-elle. Il a travaillé avec des parents partout en province. C'était donc pour nous un choix naturel. »

Colette Lavallée ajoute que la tournée s'adresse à tous les parents et que les membres du CSF et du CEF sont les bienvenus.

Une lettre qui fait réagir

Gabrielle Lepage Lavoie, citée dans la lettre comme ancienne employée de l'Association des parents et membre du groupe revendicateur de Saskatoon, croit que les éléments soulevés par le signataire de la lettre, Jean-Marie Allard, et le Collectif des parents inquiets et préoccupés, sont non fondés.

« Je suis très soulagée d'entendre parler de cette tournée, mais je ne suis pas impliquée du tout », dit-elle. Gabrielle Lepage-Lavoie précise qu'elle appuie la tournée : « En fait, j'en fais la promotion sur mon Facebook et j'encourage les parents à s'informer ».

Elle se demande aussi qui sont les membres de ce collectif, outre les deux personnes connues : Jean-Marie Allard et Jean De Dieu Ndayahundwa.

Marie-France Kenny a lu la lettre du collectif, mais préfère ne pas préciser la façon dont elle a mis la main sur la lettre. Elle remet aussi en question l'anonymat du groupe.

« À ma connaissance, il n'y a que deux signataires qui signent au nom d'un collectif de parents, alors qu'il y en a même un qui n'est pas un parent », lance-t-elle. « Moi j'aimerais ça leur renvoyer la balle et qu'ils arrêtent de se cacher sous le couvert de l'anonymat, et qu'ils fassent l'exercice de répondre à leurs propres questions. »

Jean-Marie Allard, co-porte-parole du Collectif des parents inquiets et préoccupés, souligne que le Collectif est formé d'une trentaine de personnes.

Il espère obtenir la réponse de l'APF à sa lettre dans les prochains jours.

Saskatchewan

Éducation