•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes libéraux remettent en cause le dogme syndical de l'ancienneté

Le président de la Commission jeunesse du PLQ, Jonathan Marleau

Le président de la Commission jeunesse du PLQ, Jonathan Marleau

Photo : ICI Radio-Canada

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour faciliter l'accès des jeunes à des postes enviables, la compétence devrait désormais primer sur le nombre d'années d'expérience des travailleurs, selon le président de la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec (CJPLQ), Jonathan Marleau.

En entrevue à La Presse Canadienne, en prévision du congrès annuel de l'aile jeunesse du PLQ, qui se tiendra à Saint-Augustin-de-Desmaures les 13 et 14 août, M. Marleau a indiqué clairement que la réorganisation du monde du travail et les relations de travail seraient des enjeux prioritaires pour les jeunes libéraux cette année.

Il se dit conscient de toucher une corde sensible, prévoyant que les résolutions remettant en cause les privilèges reliés à l'ancienneté seront de nature à « faire sourciller certaines personnes ».

Lors d'une tournée régionale, en préparation du congrès, il a noté que les jeunes étaient nombreux à remettre en question le principe de l'ancienneté, un dogme syndical perçu comme un frein à l'avancement des jeunes sur le marché du travail.

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que les jeunes libéraux s'en prennent aux vaches sacrées syndicales. En 2004, ils avaient indisposé le gouvernement Charest en se prononçant pour l'abolition de la formule Rand, qui rend obligatoires l'adhésion et le versement de cotisations au syndicat de toute entreprise syndiquée.

« La liberté de s'associer devrait comprendre la liberté de ne pas s'associer », tranchait le président de la CJPLQ d'alors, Simon Bégin. Le premier ministre Jean Charest avait aussitôt mis le couvercle sur la marmite, rejetant d'emblée la proposition controversée.

L'innovation au coeur du congrès

Le congrès de cette année aura pour thème général « Innover : notre révolution », une « révolution » qu'on souhaite imposer tant aux institutions qu'à l'économie et à la technologie.

Aux yeux des jeunes libéraux, « innover » pourra donc aussi vouloir dire dépoussiérer le monde du travail en rejetant le diktat de l'ancienneté. Mais les jeunes libéraux n'iront pas jusqu'à contester la sécurité d'emploi, notamment dans la fonction publique. Toutefois, dans le cas d'une promotion, par exemple, ils ne voudraient pas qu'un jeune candidat soit mis de côté du seul fait qu'il compte moins d'années de service qu'un candidat expérimenté.

« Remettre en question la sécurité d'emploi? Non. Mais remettre en question le critère seul et unique, principal, qui est l'ancienneté? Oui », répond M. Marleau, qui en fait une question d'équité intergénérationnelle. Plusieurs messages seront donc envoyés au gouvernement sous forme de résolutions à cette occasion, notamment sur cette question.

Pour le gouvernement, le congrès des jeunes marque chaque année la rentrée politique, en présence du premier ministre Philippe Couillard, des ministres et députés libéraux.

« C'est sûr qu'on va aborder cet aspect-là [l'ancienneté]. Il y en a certains qui vont sourciller, mais en 2016, on pense qu'il faudrait peut-être revoir la façon dont on organise le travail, notamment la promotion des gens. »

— Une citation de  Jonathan Marleau, président de la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec

Or, fait valoir M. Marleau, les clauses qui accréditent les disparités de traitement dans les conventions collectives, selon les années d'expérience, pénalisent les nouveaux venus, les jeunes en particulier, notamment dans la fonction publique québécoise.

« Est-ce que seulement l'ancienneté est suffisante pour déterminer qui devrait avoir droit à certains postes? On se pose des questions là-dessus », ajoute le président de l'aile jeunesse libérale, qui a hâte de voir comment tournera le débat prévu sur le sujet.

Le congrès devrait rassembler près de Québec quelque 400 jeunes militants libéraux âgés de 16 à 25 ans, en provenance de toutes les régions du Québec.

Une autre préoccupation des jeunes libéraux consistera à dénoncer l'exode des jeunes diplômés dans des secteurs de pointe qui fuient le Québec, pour décrocher des postes plus intéressants ailleurs. Il faut amorcer un processus de « rétention des cerveaux », ces personnes soucieuses de bâtir une économie centrée sur l'innovation, plaide M. Marleau, qui juge le gouvernement « trop passif » à ce propos.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !