•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Côtoyer la mort pour dévorer la vie

Patrice Roy s'est entretenu mardi soir avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un premier salon funéraire ouvre ses portes, samedi dans le village de Saint-Isidore, dans la Péninsule acadienne. Son propriétaire, Luc Benoit, originaire de la région de Tracadie, se distingue par sa façon de mordre dans la vie, même s'il côtoie la mort au quotidien.

Déjà propriétaire d'un salon funéraire à Caraquet, Luc Benoit, 31 ans, connaît bien cet univers hors du commun. 

« On est toujours entouré de la tristesse, de la perte, du deuil... C'est un environnement qui est toujours noir » explique-t-il. 

Tenté dans un premier temps de devenir médecin, il décide finalement à l'âge de 16 ans de travailler dans un salon funéraire.

Un métier qui le met au défi tous les jours. 

« Qu'est-ce qu'on dit à des parents qui viennent nous voir, qui ont perdu un enfant, que ce soit après une maladie ou après un accident, un suicide? Y'a rien qu'on peut dire qui va alléger leur perte » admet Luc Benoit. 

Ne pas perdre un instant

« Quand on fait un métier comme le mien, on réalise la fragilité de la vie [...] Quand l'opportunité pour moi se présente d'aller vivre une expérience qui me sort de mon quotidien, qui me sort de l'environnement de tristesse, de deuil funéraire que je vis, il faut sauter dessus » estime-t-il. 

Alors Luc Benoit voyage et réalise ses rêves, comme celui-ci d'approcher Elton John, qu'il a vu 15 fois en spectacle!

« Je l'ai rencontré, je lui ai serré la main, je suis monté sur scène avec lui à Las Vegas, j'ai joué sur plusieurs de ses pianos, notamment sur son piano rouge, ce qui était la plus belle expérience de ma vie » se souvient le jeune homme. 

Pour Luc Benoit, aimer la vie, ce n'est pas craindre la mort : « non je n'ai pas peur, quand je vais mourir, la mort va m'accueillir comme un allié, comme un grand ami de longue date ». 

D'après le reportage de René Landry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie