•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Douze chauffeurs de taxi d'Halifax ont perdu leur permis depuis six ans

Les plaintes de plus en plus nombreuses contre les chauffeurs de taxi d'Halifax

Les plaintes de plus en plus nombreuses contre les chauffeurs de taxi d'Halifax

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

De nouvelles données révèlent que 12 chauffeurs de taxi d'Halifax ont perdu leur permis depuis six ans pour une variété d'infractions criminelles.

CBC a obtenu ces statistiques grâce à une demande d'accès à l'information.

Plus tôt cette semaine, la police régionale d'Halifax a indiqué qu'elle avait enquêté sur 14 plaintes de clientes affirmant avoir été agressées sexuellement par des chauffeurs de taxi depuis 2012, dont cinq dans les derniers mois.

Préoccupation pour les gouvernements

En six ans, cinq chauffeurs ont fait face à des accusations criminelles. Le maire d'Halifax, Mike Savage, est exaspéré par la situation

« Notre politique doit en être une de tolérance zéro »

— Une citation de  Mike Savage, maire d'Halifax

Le gouvernement provincial prend aussi la chose au sérieux, même si la réglementation de l'industrie du taxi est de compétence municipale.

La ministre responsable du Conseil consultatif sur la condition féminine, Joanne Bernard, et le maire Savage ont écrit une lettre conjointe aux membres de l'industrie du taxi d'Halifax, pour leur rappeler la gravité de ces allégations récentes d'agression sexuelle.

De nombreuses infractions

Selon les données que CBC a obtenues, en six ans, deux chauffeurs ont perdu leur permis après avoir été reconnus coupables d'agression sexuelle. Trois autres ont été reconnus coupables de conduite en état d'ébriété et un autre a perdu son permis pour plusieurs crimes, dont la possession illégale d'une arme à feu.

Le maire d'Halifax, Mike Savage, est exaspéré par la situation.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire d'Halifax, Mike Savage, est exaspéré par la situation.

Photo : CBC

La police régionale d'Halifax a émis récemment des conseils pour les passagères de taxi, leur suggérant entre autres de toujours s'asseoir sur le siège arrière et de prendre des notes sur le taxi.

Selon la police, la majorité des victimes ont été de jeunes femmes, âgées de 19 à 25 ans, généralement assises à l'avant.

Rétablir la confiance

Le maire Mike Savage affirme que les femmes ne devraient pas avoir à se soucier de ces choses. « On ne devrait jamais blâmer les victimes ou suggérer qu'elles auraient dû agir différemment », dit-il. « C'est à nous, les dirigeants et l'industrie du taxi, d'offrir un environnement sécuritaire aux clientes. »

La ministre Joanne Bernard abonde dans le même sens.

« « Les femmes, qu'elles aient 15 ou 52 ans, doivent être certaines d'être en sécurité dans un taxi. Elles ne devraient pas avoir à compter sur un jeune homme de 20 ans, qui a bu quelques verres, pour les ramener à la maison. Elles ne devraient pas non plus être obligées de conduire ou de marcher. » »

— Une citation de  Joanne Bernard, ministre responsable du Conseil consultatif sur la condition féminine.

La ministre veut que le problème soit réglé avant l'arrivée des étudiants universitaires, à l'automne.

Le président de l'Association des chauffeurs et propriétaires, Dave Buffett, propose pour sa part que tous les taxis soient munis d'appareils GPS.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie