•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une artiste de Baie-Comeau à la découverte des végétaux de la Côte-Nord

Catherine Arseneault

Catherine Arseneault, Collectif de la Dérive à Baie-Comeau.

Photo : Radio-Canada/Roxanne Simard

Radio-Canada

Catherine Arsenault se prépare à explorer la Côte-Nord, de Baie-Comeau à Kegaska, à la recherche de végétaux qui pourront l'inspirer dans la création de son prochain projet artistique.

L'artiste, membre du Collectif de la Dérive à Baie-Comeau, réalisera une résidence nomade de 10 jours, en collaboration avec Panache Art actuel à Sept-Îles.

« Je fais une résidence nomade, c'est-à-dire que je vais me promener sur le territoire de la Côte-Nord pour répertorier des plantes que je trouve comme ça sur ma route, puis ce sont vraiment des plantes qui vont m'attirer de manière esthétique, parce que je n'ai pas de connaissance en botanique », précise-t-elle.

Je veux ramasser le maximum d'informations possible, autant des anecdotes, des propriétés sur les plantes... Moi, je remplis tout ça dans mon journal de bord pour ensuite entrer en création à l'automne.

Catherine Arsenault, artiste du Collectif de la Dérive

Bourse provinciale

Pour son projet, l'artiste est l'une des rares à avoir obtenu une bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec en recherche et création, dans la catégorie développement.

D'avoir cette bourse-là, c'est une reconnaissance de plus. [...] Je trouve que ça donne de la crédibilité à mon travail, puis à ma démarche artistique.

Catherine Arsenault, artiste

Catherine Arsenault avoue avoir été très surprise de recevoir cette bourse, qui est convoitée par plusieurs artistes. 

« Je n'avais pas beaucoup d'espoir de l'avoir, donc j'étais vraiment contente. Ça va me permettre de me concentrer uniquement sur ce projet-là », lance-t-elle.

Volet création

Après sa résidence de recherche, Catherine Arsenault se lancera dans la création.

« J'ai déjà des intentions, je veux faire des sculptures à partir des plantes que j'aurai répertoriées, puis j'avais dans l'idée de bâtir des collections de petits objets, contrairement à des grands objets comme j'ai l'habitude de faire. Sauf que, comme ça commence avec une résidence de recherche, je me laisse vraiment le champ libre, il n'y a rien de défini encore pour le projet », ajoute-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Arts