•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins humanitaires sonnent l'alarme en Syrie

Cette clinique d'Alep en Syrie, financée par des Canadiens, a été la cible de bombardements qui l'ont complètement détruite.

Cette clinique d'Alep en Syrie, financée par des Canadiens, a été la cible de bombardements qui l'ont complètement détruite.

Photo : UOSSM-Canada

Radio-Canada

L'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM) s'est adressée à la communauté internationale lors d'une conférence de presse jeudi à Genève. Elle demande son aide après de nouveaux bombardements qui ont détruit plusieurs hôpitaux et installations médicales à Alep, en Syrie.

Épuisement, désespoir, honte : les médecins de l'UOSSM ne mâchent pas leurs mots pour parler de leur état d'esprit. Le Dr Al-Kassem, un chirurgien ontarien, se rend sporadiquement dans la ville assiégée pour soigner les victimes de la guerre.

Il dit être témoin quotidiennement de bombardements prenant les civils pour cible. Il affirme aussi avoir vu des attaques visant directement les hôpitaux. Une dizaine d'installations médicales auraient été détruites ces dernières semaines.

Beaucoup d'infirmières et de médecins sont morts... Nous avons peur. Nous ne pouvons même plus hisser le drapeau de la Croix-Rouge, parce qu'ils nous prennent pour cible. Il faut travailler dans des sous-sols.

Le Dr Anas Al-Kassem, chirurgien ontarien et président de la section canadienne de l'UOSSM
Des raids aériens sont menés contre une ville du gouvernorat d'Alep, en Syrie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des raids aériens sont menés contre une ville du gouvernorat d'Alep, en Syrie.

Photo : Rodi Said / Reuters

Les Russes blâmés

Les médecins sont persuadés que les troupes du président Al-Assad, soutenues par les Russes, sont responsables des attaques. Ils soutiennent que la tactique du régime vise à faire fuir les civils d'Alep, qui est toujours aux mains des insurgés.

C'est une expérience douloureuse... parce que le soignant, le médecin qui est en train de risquer sa vie, il est sous stress permanent, pas seulement pour sa vie, et pas seulement pour celle du blessé qui est entre ses mains, mais aussi pour la continuité de son travail.

Le Dr Tawfik Chamaa, président de la section suisse d'UOSSM

La Russie a annoncé jeudi l'ouverture de quatre couloirs humanitaires. Ils doivent permettre d'acheminer des soins aux 250 000 civils pris au piège dans la ville encerclée par les forces du régime.

Les rebelles qui sont prêts à rendre les armes sont également invités par le pays allié du président Al-Assad à emprunter ces couloirs.

De nombreux bombardements des forces gouvernementales ont touché la ville syrienne d'Alep. Plusieurs civils, pris pour cibles, ont été tués ou gravement blessés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De nombreux bombardements des forces gouvernementales ont touchés la ville syrienne d'Alep. Plusieurs civils, pris pour cibles, ont été tués ou gravement blessés.

Photo : Abdalrhman Ismail / Reuters

Une tactique de guerre éprouvée

Il semble que le bombardement d'hôpitaux soit une tactique utilisée depuis un certain temps dans ce conflit, croit l'expert en conflits et relations internationales Ferry de Kerckhove.

Si moi, je veux reprendre le contrôle d'Alep, je frappe les hôpitaux, je force les gens à s'enfuir, je leur donne un corridor, alors le côté humanitaire est beaucoup plus stratégique qu'il n'est humanitaire.

Ferry de Kerckhove, expert en conflits et relations internationales

L'Union des organisations de secours et de soins médicaux a été créée en 2011 dans le but de faire face à la crise humanitaire syrienne.

Elle regroupe 10 pays membres.

D'après le reportage de Nicolas Pham

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International