•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stop Oléoduc Kamouraska poursuit sa mobilisation

Le mouvement Stop-Oléoduc Kamouraska demande aux citoyens d'afficher des pancartes.

Le mouvement Stop-Oléoduc Kamouraska demande aux citoyens d'afficher des pancartes.

Photo : Courtoisie

Radio-Canada

Le mouvement Stop Oléoduc Kamouraska lance un appel aux citoyens et entreprises et leur demande d'afficher la pancarte qu'ils ont créée pour dénoncer les projets de transport du pétrole brut par oléoduc.

Le groupe environnementaliste organise ainsi un concours dans le cadre de la campagne « Coule pas chez nous » pour inciter les gens à afficher leur couleur. L'objectif est d'augmenter le nombre de pancartes sur le territoire du Kamouraska. Trois entreprises de la région participent à l'initiative en offrant des prix, explique le porte-parole du mouvement, Simon Côté.

Ce sont des entrepreneurs qui ont le courage de publiquement s'opposer au projet, car il menace leurs intérêts et la survie du récréotourisme et la vitalité économique du Kamouraska.

Simon Côté, porte-parole, Stop Oléoduc Kamouraska

« Les prix sont une façon de réfléchir à ce qu'on pourrait perdre et ce qu'on peut faire pour réduire notre consommation de carburant, notamment en s'alimentant dans la région et achetant des produits locaux », soutient Simon Côté.

Julie Sénéchal, propriétaire Entre-Nous les paniers du Kamouraska, Simon Côté porte-parole de Stop-Oléoduc Kamouraska et Catherine Lavoie, co-propriétaire de L'Ébranché.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Julie Sénéchal, propriétaire Entre-Nous les paniers du Kamouraska, Simon Côté, porte-parole de Stop-Oléoduc Kamouraska et Catherine Lavoie, co-propriétaire de L'Ébranché.

Photo : Courtoisie

Une mobilisation qui ne s'essouffle pas

Malgré le recul de TransCanada pour son projet de port pétrolier à Cacouna, le porte-parole de Stop Oléoduc Kamouraska estime que la bataille est loin d'être terminée dans la région pour empêcher la construction du pipeline.

La bataille est remportée, mais la victoire reste encore à être obtenue dans le retrait complet du projet d'oléoduc.

Simon Côté, porte-parole, Stop Oléoduc Kamouraska

Simon Côté explique que le recul de la compagnie dans le dossier du port pétrolier à Cacouna a encouragé le mouvement. « On a vu à quel point la société civile et la mobilisation peuvent faire une différence. Ça nous donne de l'énergie pour continuer la lutte et faire en sorte que le pipeline ne voit pas le jour », raconte M. Côté.

Simon Côté affirme que les organisations seront plus actives cet automne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Environnement