•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La taxe pour les acheteurs étrangers inquiète les professionnels de l'immobilier

Une maison à vendre à Vancouver
Une maison à vendre à Vancouver Photo: La Presse canadienne / Jonathan Hayward

La mise en place d'une taxe de 15 % pour les investisseurs immobiliers étrangers dans Metro Vancouver entraîne de la panique et de la confusion, selon des professionnels du secteur.

La taxe, qui entre en vigueur le 2 août prochain, a des conséquences directes pour les acheteurs étrangers ayant déjà signé des contrats de prévente sur des propriétés. Beaucoup d'entre eux essaient de trouver des solutions pour éviter de payer cette taxe qui peut représenter une somme d'environ 300 000 $ supplémentaires à débourser sur le prix d'une maison de 2 millions de dollars.

« Depuis deux jours, les acheteurs étrangers cèdent à la panique et ils se demandent s'ils peuvent finaliser les contrats de prévente avant l'instauration de la taxe », affirme Bob de Wit, président de l'association des constructeurs de logements du Grand Vancouver.

Il estime qu'il y a actuellement 2300 propriétés prévendues à des étrangers dans le Grand Vancouver.

Effet domino sur les résidents?

Dan Morrison, président de la chambre immobilière du Grand Vancouver, déclare que la taxe de 15 % ciblant les étrangers va aussi avoir des conséquences négatives pour les Britanno-Colombiens.

Il décrit des situations où des résidents de la province en attente de finaliser des contrats de vente avec des acheteurs étrangers vont se retrouver dans une situation très difficile, en s'étant eux-mêmes engagés sur l'achat d'une autre propriété.

« Ça va être très confus. On peut craindre un effet domino pour beaucoup de résidents de la province », dit-il. Il appelle le gouvernement à exempter les accords de vente déjà en cours de finalisation avant l'instauration de la taxe. « Tout contrat ayant les conditions levées et avec une offre ferme avant la date de l'annonce de la taxe devrait être exempté », dit-il.

La première ministre Christy Clark a affirmé mercredi que son gouvernement ne fera pas marche arrière et n'apportera aucune modification à son projet de taxation. « La taxe sur les acheteurs étrangers a été créée pour que la classe moyenne puisse toujours avoir accès à la propriété », déclare-t-elle.

Tous les acquéreurs de propriété dans la province doivent déjà s'acquitter d'une taxe. Ils payent 1 % pour sur les premiers 200 000 $ du prix de vente, 2 % sur les 1,8 million de dollars suivants et 3 % sur chaque dollar payé après 2 millions de dollars.

Dans un rapport publié mercredi, la Société canadienne d'hypothèques et de logement a tiré la sonnette d'alarme pour le secteur immobilier de Vancouver, en augmentant la classification de risque à son plus haut niveau depuis la première publication des rapports l'année dernière.

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier