•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un satellite 100 % albertain s'envolera en orbite en décembre

Un satellite 100 % albertain
Radio-Canada

Des étudiants de l'Université de l'Alberta verront leur rêve devenir réalité en décembre, lorsque leur microsatellite sera le premier de l'Alberta à prendre la route de l'espace.

Découvrir les mystères de l'espace est un rêve d'enfant que très peu ont la chance de réaliser, mais pour une équipe d'étudiants de l'Université de l'Alberta, ce sera le cas.

Pendant trois ans, une quarantaine d'étudiants de l'Université ont travaillé sans relâche à la confection de l'appareil de 150 000 $, financé en partie grâce à des campagnes de financement participatif.

L'objet, une boîte noire de 30 cm de haut et de 10 cm de large, peut sembler banal, mais l'Experimental Alberta Number One, le nom donné au projet, sera le tout premier microsatellite albertain à être lancé dans l'espace.

L'Experimental Alberta Number One sera le premier satellite albertain à aller dans l'espace.L'Experimental Alberta Number One sera le premier satellite albertain à aller dans l'espace. Photo : ICI Radio-Canada

Charles Nokes, étudiant en génie physique et membre de l'équipe de concepteurs, explique que l'appareil permettra d'étudier les interactions entre l'énergie qui provient du Soleil et le champ magnétique de la Terre. Il sera lancé le 30 décembre aux côtés de 49 autres satellites du genre dans l'espace.

Ces recherches aideront à mieux comprendre le phénomène des aurores boréales, mais surtout l'influence des tempêtes solaires sur notre planète.

Charles Nokes, étudiant en génie physique à l'Université de l'Alberta
Charles Nokes et l'Experimental Alberta Number One, premier satellite albertain à aller dans l'espace.Charles Nokes et l'Experimental Alberta Number One, premier satellite albertain à aller dans l'espace. Photo : ICI Radio-Canada

Il ajoute que les tempêtes solaires peuvent avoir des effets néfastes sur les infrastructures, ici sur Terre. « Comme nos sociétés dépendent énormément des systèmes électroniques et électriques, [les échanges d'énergie cosmiques] peuvent avoir des conséquences sur nos vies. »

Au-delà de l'aspect scientifique, l'équipe veut également donner une portée pédagogique au projet.

Nous avons fait un gros effort pour faire des démonstrations devant d'autres étudiants, mais aussi des étudiants du primaire et du secondaire. Nous voulons leur montrer qu'eux aussi peuvent rêver à l'espace et que tout ceci est possible.

Charles Nokes, étudiant en génie physique à l'Université de l'Alberta

Selon Charles Nokes, l'Experimental Alberta Number One pourrait bien être le premier satellite d'une série de plusieurs créés en Alberta.

D'ailleurs, l'Agence spatiale canadienne a récemment annoncé du financement pour le développement de satellites de ce genre à travers le pays.

Avec les informations de Virginie Dallaire

Alberta

Espace