•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recueillement et déploiement des forces de sécurité en France 

Des gens se recueillent avec des fleurs et des bougies devant l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, en Normandie, au lendemain d’une attaque ayant causé la mort d’un prêtre.

Photo : AP/Francois Mori

Radio-Canada

Ce sont des Français encore sous le choc qui se sont recueillis, mercredi, après que des partisans du groupe armé État islamique (EI) eurent égorgé un prêtre français, la veille, en Normandie. De leur côté, les autorités ont annoncé des mesures destinées à renforcer la sécurité dans l'Hexagone.

Plusieurs hommages ou cérémonies sont prévus d'ici la fin de la semaine à Saint-Etienne-du-Rouvray, en banlieue de Rouen, en mémoire de Jacques Hamel. Ce prêtre de 86 ans a connu une mort violente dans ce qui s'avère être la première attaque djihadiste contre un lieu de culte catholique en Europe.

Pour leur part, les Parisiens ont pu assister mercredi à une messe commémorative dans la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le premier ministre Manuel Walls et le président François Hollande étaient présents à la cérémonie. Des responsables politiques de la majorité et de l'opposition, dont l'ancien président Nicolas Sarkozy, et des représentants de toutes les religions, y assistaient également.

Accroître la sécurité dans les lieux de culte

Plus tôt dans la matinée, des représentants des religions en France avaient demandé au président Hollande que les lieux de culte fassent « l'objet d'une plus grande attention » de la part des autorités.

Nous ne pouvons pas nous laisser entraîner dans le jeu politique de Daech qui veut dresser les uns contre les autres les enfants d'une même famille.

L'archevêque de Paris, André Vingt-Trois

Dans le but de renforcer la sécurité, le recteur de la grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a entre autres suggéré une réforme dans les institutions de l'islam en France. « Il serait l'heure pour les musulmans de prendre conscience de ce qui ne va pas dans cette vision mondiale de l'islam et que les musulmans de France soient à l'initiative d'une formation de nos religieux beaucoup plus attentive », a-t-il dit.

Deux policiers montent la garde près de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray attaquée par des partisans du groupe armé État islamique.

Deux policiers montent la garde près de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray attaquée par des partisans du groupe armé État islamique.

Photo : Pascal Rossignol / Reuters

Une cinquantaine d'événements sous haute surveillance

Par ailleurs, à l'issue d'un conseil de défense, mercredi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé le déploiement de près de 23 500 policiers, gendarmes, militaires et réservistes sur le territoire national. Leur mandat sera d'assurer la sécurité d'une cinquantaine d'événements festifs de l'été.

« J'ai également demandé aux préfets [responsables de chaque département, NDLR], si les conditions ne sont pas réunies, pour que la sécurisation de ces événements soit optimale, qu'on prenne la responsabilité, au niveau de l'État, de procéder à leur annulation », a précisé Bernard Cazeneuve.

De son côté, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé la répartition des 10 000 militaires intégrés au dispositif de sécurité qu'est l'opération Sentinelle. De ce nombre, 4000 seront postés à Paris et 6000 en province.

Deux assaillants, dont un reste à identifier

Pour en revenir au drame de Saint-Etienne-du-Rouvray, les autorités ont abattu les deux assaillants, après que ces derniers eurent assassiné le prêtre et pris cinq personnes en otage. L'un des otages a d'ailleurs subi de sérieuses blessures des mains des attaquants, dont l'un a été identifié comme étant Adel Kermiche, 19 ans.

Les enquêteurs cherchent toujours à déterminer qui était l'autre auteur de l'attaque. Les soupçons se portent sur Abdel Malik P., car une carte d'identité à son nom aurait été retrouvée lors d'une perquisition menée, mardi, au domicile familial d'Adel Kermiche.

Finalement, l'agence Amaq, organe de propagande du groupe armé État islamique, a diffusé mercredi une vidéo dans laquelle deux hommes, présentés comme les auteurs de l'attaque contre l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, prêtent allégeance au chef de l'organisation.

État islamique, le règne de la terreur
Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

International