•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un attentat revendiqué par l'État islamique fait au moins 48 morts en Syrie

Chargement de l’image

Une scène de désolation à la suite d'un attentat à Qamichli, en Syrie

Photo : Getty Images / Delil Souleiman

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un attentat au camion piégé a frappé mercredi la ville de Qamichli, en partie contrôlée par les forces kurdes, dans le nord-est de la Syrie. Il a fait 48 morts et des dizaines de blessés, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

L'attaque, la plus sanglante à toucher la ville depuis des années, a été revendiquée par le groupe armé État islamique (EI), qui combat les milices kurdes et leurs alliés dans la région. Selon la télévision syrienne, une des explosions a été provoquée par une voiture piégée et l'autre par une bombe placée sur une moto.

La télévision syrienne donne un bilan de 44 morts. Parmi les dizaines de blessés, beaucoup sont dans un état grave et le bilan risque de s'alourdir encore.

Le quartier général des forces de sécurité de l'administration kurde de la province d'Hassaké, où se trouve Qamichli, était visé.

La déflagration était si puissante qu'elle a fait trembler les vitres des boutiques de Nusaybin en Turquie, ville collée à Qamichli de l'autre côté de la frontière.
L'État islamique a déjà visé Qamichli et Hassaké, chef-lieu de la province du même nom, au cours des mois passés.

En avril dernier, six membres des Asayish, la force de sécurité intérieure kurde, avaient péri dans un attentat-suicide à Qamichli. En juillet, au moins 16 personnes sont mortes dans un autre attentat-suicide revendiqué par l'EI à Hassaké.

Les forces kurdes contrôlent l'essentiel de la province d'Hassaké après avoir pris de vastes territoires l'an dernier aux djihadistes. Soutenues par les États-Unis, elles combattent également l'EI bien plus à l'ouest, à Manbij, dans la province d'Alep.

Syrie : l'engrenage de la guerre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !