•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 41e Festival du patrimoine d'Edmonton plus grand que jamais

Festival patrimoine Edmonton

Les coûts de services municipaux ont augmenté de 78% au cours des deux dernières années pour le Festival du patrimoine d'Edmonton.

Photo : Emily Fitzpatrick/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Du 30 juillet au 1er août se déroule au parc Hawrelak d'Edmonton le 41e Festival du patrimoine.

Cette année plusieurs nouveautés sont au menu.

Sous le thème, Découvrir le monde, l'événement proposera 67 pavillons représentant 85 différentes cultures.

De la France, au Rwanda en passant par l'Iran, il s'agit du plus grand nombre de pavillons dans l'histoire du festival.

Si l'espace ne nous restreignait pas à un certain nombre de pavillons, j'en voudrais 100 de plus!

Une citation de :Jim Gibbon, directeur général Festival du patrimoine

Pour ce 41e festival, sept nouveaux pays font une première apparition.

De la nourriture iranienne au Festival du patrimoine d'EdmontonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De la nourriture iranienne au festival du patrimoine d'Edmonton

Photo : Marie-Ève DuSablon

Le public aura entre autres la chance de goûter, de danser et d'admirer les couleurs du Mali, de Porto Rico, du Burundi et de la Syrie.

Payman Parseayn, qui est responsable du pavillon de l'Iran, croit que ce festival est l'occasion idéale pour combattre certains clichés.

Payman Parseayn est reponsable du pavillon de l'Iran au Festival du patrimoine d'EdmontonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Payman Parseayn est reponsable du pavillon de l'Iran au festival du patrimoine d'Edmonton

Photo : Marie-Ève DuSablon

« L'Iran est tellement riche en culture. Souvent les gens ne se souviennent pas de ça. C'est notre chance de se faire découvrir », mentionne-t-il.

Autre nouveauté: un partenariat avec le service Tapp Car qui vise à faciliter le transport du public vers le site.

Le ralentissement économique, qui a eu des répercussions sur l'achalandage de certains festivals en province, ne fait pas peur aux organisateurs.

Ils croient plutôt que cette réalité pourrait jouer en leur faveur et inciter les gens à rester en ville pour la longue fin de semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !