•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ludwig le robot, le nouvel ami des personnes atteintes d'Alzheimer

À gauche, Dr Frank Rudzizc, directeur de l'équipe de recherche à l'université de Toronto et Ludwig, le robot humanoïde, à droite.

Photo : Carl Sincennes

Radio-Canada

Une résidence pour personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer peut maintenant compter sur un robot humanoïde. Il s'appelle Ludwig et il permet non seulement aux patients de socialiser, mais aussi de recueillir des données sur leur état d'esprit.

Un texte de Carl SincennesTwitterCourriel

Le robot, qui parle et, surtout, comprend ce que les gens lui disent est une initiative de l'Université de Toronto.

Le modèle est encore à l'essai, mais il sera pleinement autonome dès le mois d'août dans une résidence pour personnes âgées. La clientèle de la Place One Kenton est atteinte de la maladie d'Alzheimer et de démence.

En ce moment, Ludwig est actionné par des ingénieurs de l'Université de Toronto.

Colliger des données

Le docteur Frank Rudzicz, professeur adjoint à l'Université de Toronto, est responsable du programme.

Selon lui,  le robot permettra « de récolter des données sur la voix de la personne traitée et de détecter de légers changements qui indiquent un état émotionnel différent. »

Par la suite, les données sont analysées par les professionnels de la santé qui s'occupent du patient.

Le robot vise à aider ces professionnels, mais pas à les remplacer.

Un accueil mitigé

Larry Chambers croit que l'usage de telles technologies est bénéfique pour les malades.

Ce robot peut devenir un compagnon à la maison, pour les patients qui veulent interagir avec quelqu'un. Cette technologie peut devenir une aide précieuse.

Larry Chambers, conseiller scientifique pour la Société d'Alzheimer du Canada

Penny Blake, dont la mère a discuté avec le robot, n'est pas convaincue.

Ça peut être un peu mélangeant pour ces personnes, à cause de la surdité ou de la voix mécanique plutôt qu'une voix naturelle.

Penny Blake, fille d'une résidente de la Place One Kenton

Les chercheurs qui ont créé le prototype ont bon espoir de le commercialiser une fois qu'il aura été testé. 

Ils n'avancent aucune date pour le moment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé