•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pokémon Go prive de sommeil des résidents de Charlesbourg

Des chasseurs de Pokémon la nuit, à Charlesbourg.

Des chasseurs de Pokémon la nuit, à Charlesbourg.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La folie du jeu Pokémon Go empêche des résidents de l'arrondissement de Charlesbourg de fermer l'œil. La présence de dresseurs de Pokémon dans le quartier du Trait-Carré est si importante, le soir venu, que des citoyens réclament maintenant une intervention de la Ville de Québec.

« On n'arrive pas à dormir le soir, parfois jusqu'à 3 h ou 3 h 30 du matin, raconte Suzanne Côté, une résidente du secteur. Il y a des gens qui sont très tranquilles, qui ne sont pas bruyants, mais de temps en temps ça dérape et ça devient bruyant. »

Selon Mme Côté, les adeptes du jeu de réalité virtuelle peuvent être jusqu'à une centaine, en soirée, à essayer d'attraper des Pokémon près de chez elle. Le secteur serait très prisé des joueurs, dont la présence se ferait sentir de manière encore plus importante la fin de semaine.

Suzanne Côté, une résidente de Charlesbourg, explique que les adeptes de Pokémon Go troublent son sommeilAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Suzanne Côté, une résidente de Charlesbourg, explique que les adeptes de Pokémon Go troublent son sommeil

Photo : Radio-Canada

« Il y en a qui partent, il y en a qui quittent, il y en a d'autres qui arrivent. C'est très fluide », dit Mme Côté, qui constate également que le passage des joueurs amène davantage de déchets dans le quartier.

Elle se garde toutefois de condamner le jeu. « J'aime ça quand je vois les familles, les parents qui viennent avec les enfants, et le fait que les gens sortent à l'extérieur au lieu d'être toujours à l'intérieur avec Internet. »

Son principal souci, cependant, est de faire en sorte que les adeptes de Pokémon Go puissent s'adonner à leur passion sans déranger tout le quartier.

Le respect pour le bruit et la propreté, c'est l'affaire de tous.

Une citation de :Suzanne Côté, résidente de Charlesbourg

Des résidents du Trait-Carré espèrent que la Ville de Québec interviendra dans le dossier. À ce stade-ci, les représentants de la Ville se limitent à dire qu'il s'agit d'un enjeu de sécurité pubique.

Gardien de sécurité embauché

Des chasseurs de Pokémon envahissent ce terrain du Trait-Carré.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des chasseurs de Pokémon envahissent ce terrain du Trait-Carré.

Photo : Immeubles populaires de Québec

Les Immeubles populaires de Québec ont embauché un gardien de sécurité pour mettre fin à la folie des Pokémon sur leur terrain. Plusieurs locataires se plaignent de se sentir envahis, affirme le directeur Jean-Yves Parent. En plus de faire du bruit, les chasseurs de Pokémon abandonnent leurs déchets sur le terrain privé.

« Ce n'est pas l'état habituel du Trait-Carré, ici, c'est un endroit qui est très paisible. Il fait partie de l'environnement historique. On a à coeur que ça soit beau, que ça soit propre et là, on a des problèmes, » rapporte Jean-Yves Parent.

Le gardien de sécurité entrera en poste dès ce soir et le restera jusqu'à ce que l'ordre soit revenu sur le terrain des Immeubles populaires de Québec.

Un jeu à l'origine d'incidents

Depuis que la folie Pokémon Go a touché le Canada, le jeu a été à l'origine de plusieurs incidents. Il y a deux semaines, par exemple, un automobiliste est entré en collision avec une autopatrouille, à Québec, alors qu'il jouait à bord de son véhicule.

Lundi, une femme de Newmarket, au nord de Toronto, s'en est prise à un groupe d'adeptes de Pokémon Go en tirant sur eux à au moins quatre reprises avec un fusil à air comprimé. La femme de 29 ans a été accusée d'agression armée, notamment.

Le porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), Pierre Poirier, invite les citoyens irrités par les joueurs de Pokémon Go à communiquer avec la police. Au-delà du dérangement, Pierre Poirier rappelle que des infractions peuvent être commises.

Pour le moment, le SPVQ ne dispose pas de statistiques au sujet des infractions commises en lien avec l'utilisation de Pokémon Go. Pierre Poirier constate toutefois que ce jeu peut créer des situations hasardeuses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !