•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mises à pied au port de Churchill auront un effet dévastateur pour l'économie locale

Les détails de Louis-Philippe Leblanc

Le port de Churchill, le plus gros employeur de la ville du Nord manitobain, a commencé la mise à pied de certains de ses employés. Selon la députée fédérale de Churchill, Niki Ashton et le ministre de l'Agriculture de la province, Ralph Eichler, ces licenciements auront des effets dévastateurs sur l'économie locale.

Le maire Mike Spence estime qu'environ 50 employés ont été mis à pied lundi après-midi. Il ajoute que 40 à 50 autres personnes risquent de subir le même sort. « C'est une nouvelle surprenante, affirme-t-il. La communauté et les employés sont anéantis par tout ça. »

Il compte maintenant contacter les gouvernements fédéral et provincial afin de savoir ce qui peut être fait. « Il va falloir rectifier la situation, en espérant que tout ça s'arrange », affirme le maire de Churchill.

Coup dur pour la ville

Selon des employés, OmniTrax, une compagnie basée à Denver au Colorado qui s'occupe de la gestion du port, a distribué des avis de mise à pied à un groupe d'employés vers 15 h 30 lundi dans la salle à manger.

L'un des employés mis à pied, Joe Stover, croit que ce sera un coup dur pour la petite ville de 800 citoyens dans le nord-ouest du Manitoba. Il explique que lorsque les patrons d'OmniTrax se sont assis avec les employés pour les rencontrer, plusieurs pleuraient et criaient.

Selon Elder Boon, président de la Hudson Bay Route Association, un groupe de soutien aux employés du port, les gestionnaires du port l'auraient informé qu'il n'y aurait plus de transport de grain par ce port cette année. « C'est la première fois que les activités arrêtent depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale », affirme Elder Boon.

Une grosse perte pour les fermiers

« La fermeture du port de Churchill n'augure rien de bon pour les producteurs de grains de la province, particulièrement pendant une saison de croissance qui prévoit de produire beaucoup de grain », estime le ministre de l'Agriculture de la province Ralph Eichler.

« Chaque fois que nous perdons une opération, que ce soit à court ou à long terme, c'est toujours une grosse perte pour nous », ajoute-t-il. « En tant que Manitobains nous sommes toujours au bord de connaître une importante baisse de production ».

La députée fédérale de la circonscription de Churchill-Keewatinook Aski, Niki Ashton, a déclaré que les mises à pied étaient un coup dévastateur qui se répercutera à travers toute sa circonscription. « La conduite d'OmniTrax n'est pas seulement troublante, mais aussi inacceptable, c'est la subsistance des gens qui est en jeu », a déclaré la députée fédérale.

OmniTrax, qui est propriétaire du port depuis 1997, a indiqué qu'elle n'a plus l'intention d'administrer le port. Il y a un an, OmniTrax avait annoncé son intention de vendre le port de Churchill.

Mardi, le porte-parole d'OmniTrax, Ron Margulis, n'a pas voulu confirmer ce renseignement ni émettre de commentaires au sujet des pertes d'emplois au port de Churchill. La compagnie n'a pas donné plus de détails.

Manitoba

Économie