•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise des services sociaux dans le nord-ouest de l'Ontario

Un sans abri sur un banc public
Photo: iStock
Radio-Canada

Le Conseil des services du district de Kenora demande l'aide de la province afin de répondre à la crise des services sociaux dans le nord-ouest de l'Ontario. Des recherches de l'organisme régional démontrent que le manque de logements abordables dans le district de Kenora contribue à la criminalité et à l'itinérance, ce qui à son tour, hypothèque les services sociaux existants. 

Selon le directeur général, Henry Wall, les villes de Kenora, Sioux Lookout et Red Lake doivent composer avec un nombre sans précédent d'individus en situation d'itinérance. 

En 2015, 1200 individus ont eu besoin d'un refuge d'urgence dans le district, 600 d'entre eux à Kenora.

Henry Wall, directeur général, Conseil des services du district de Kenora

Puisque ces municipalités sont les principaux centres de services d'une région de plus de 400 000 kilomètres carrés, les résidents venant de communautés isolées du nord-ouest de l'Ontario doivent s'y diriger pour recevoir des services sociaux, médicaux ou encore judiciaires, explique Henry Wall. 

Sauf que faute d'un nombre suffisant de logements abordables, les personnes de passage à Kenora, Sioux Lookout et Red Lake se trouvent souvent dans une situation d'itinérance, ce qui hypothèque les services policiers, de santé mentale, médicaux et juridiques.

« C'est un problème complexe qui fait que les gens qui viennent recevoir des services ressortent souvent dans un état pire qu'avant », déplore Henry Wall. Selon lui, l'ensemble des services sociaux, médicaux et d'urgences souffre de cette situation.

Ce n'est plus durable pour la municipalité.

Henry Wall, directeur général, Conseil des services du district de Kenora

État d'urgence

À Kenora, le problème est encore plus immédiat puisque la municipalité n'a pas de refuge officiel pour les sans-abris depuis la fermeture du Kenora Friendship Centre le 1er juillet. Quelques jours plus tard, le maire David Canfield a déclaré l'état d'urgence afin de répondre à la crise d'itinérance. 

Les personnes en situation précaire ont toutefois accès depuis quelques semaines à un refuge temporaire à l'église Knox United, lancé en partenariat avec le Conseil des services du district de Kenora et le Centre d'amitié Ne-Chee. Celui-ci doit cependant fermer le 1er octobre. 

Selon la directrice générale du Centre d'amitié, Patti Fairfield, le refuge temporaire répond tant bien que mal à la crise. 

Nous ne pouvons offrir qu'un toit temporaire pour ces personnes.

Patti Fairfield, directrice générale, Centre d'amitié Ne-Chee

À son avis, le manque d'investissement dans les logements sociaux est la principale cause du nombre élevé d'itinérants. 

Aide de la province

Selon Henry Wall, la province doit intervenir avant que la situation ne s'aggrave. En plus d'investir immédiatement dans la construction de nouveaux logements sociaux, le gouvernement doit réévaluer l'offre des services dans le nord de l'Ontario, afin de s'assurer qu'il y a suffisamment de ressources, insiste-t-il.

Une rencontre à ce sujet est d'ailleurs prévue avec le Procureur général de l'Ontario, Yasir Naqvi, lors du prochain congrès de l'Association des municipalités de l'Ontario, du 14 au 17 août à Windsor. 

Nord de l'Ontario

Société