•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La présidente du Comité national démocrate démissionne

L'ancienne présidente du Comité 
national démocrate, Debbie Wasserman Schultz, s'adresse à des partisans avant l'arrivée d'Hillary Clinton et de son colistier Tim Kaine le 23 juillet à Miami.

L'ancienne présidente du Comité national démocrate, Debbie Wasserman Schultz, s'adresse à des partisans avant l'arrivée d'Hillary Clinton et de son colistier Tim Kaine le 23 juillet à Miami.

Photo : ? Scott Audette / Reuters

Reuters

Bernie Sanders a réclamé et obtenu dimanche la démission de la présidente du Parti démocrate après la divulgation par Wikileaks de milliers de courriels qui ont semé le trouble au sein du Parti démocrate à la veille de la convention d'investiture de Hillary Clinton à Philadelphie.

Le souvenir de l'âpre bataille des primaires qui a opposé le sénateur du Vermont, représentant de l'aile gauche du parti, à l'ancienne secrétaire d'État, finalement victorieuse, a resurgi avec la publication de plus de 19 000 courriels du Comité national démocrate (CND), l'instance dirigeante du parti, semblant confirmer les accusations de Sanders selon lesquelles le CND avait une préférence pour Hillary Clinton et a cherché à saborder sa propre campagne.

« Je ne suis pas choqué, mais je suis déçu », a déclaré Bernie Sanders dans l'émission This Week sur ABC, réclamant à nouveau, comme il l'avait déjà fait cette année, la démission de la présidente du CND Debbie Wasserman Schultz.

La représentante de Floride a annoncé un peu plus tard renoncer à ses fonctions à la tête du CND, jugeant que c'était le meilleur moyen pour le Parti démocrate d'atteindre son objectif : la Maison-Blanche.

Nous avons préparé une grande convention rassemblée et j'espère que l'équipe du CND, qui a travaillé si dur pour en arriver là, aura le soutien de tous les démocrates.

Communiqué de Debbie Wasserman Schultz, présidente démissionnaire du CND

Cette crise interne est un coup dur pour le Parti démocrate qui comptait justement afficher son unité par contraste avec la chaotique convention républicaine, boudée par de nombreux responsables du GOP en désaccord avec la candidature de Donald Trump.

La convention, qui débute lundi et s'étend sur quatre jours, doit officialiser l'investiture de Hillary Clinton comme candidate à l'élection présidentielle du 8 novembre.

Dans un communiqué, l'ex-secrétaire d'État a remercié Debbie Wasserman Schultz en précisant qu'elle jouerait un rôle actif dans sa campagne.

« En tant que présidente, j'aurai besoin de combattantes comme Debbie au Congrès », a déclaré la future candidate démocrate.

Un scandale qui éclabousse l'exécutif du parti

Le cache de plus de 19 000 courriels divulgué vendredi par Wikileaks révèle que des responsables du CND ont songé à divers moyens de saborder la campagne de Bernie Sanders, en soulevant par exemple la question de son athéisme.

Brad Marshall, le trésorier du CND, a présenté ses excuses samedi sur Facebook pour un courriel dans lequel il s'interroge sur le fait de savoir dans quelle mesure les électeurs du Kentucky et de Virginie occidentale, où devaient avoir lieu des primaires, rejetteraient un candidat athée.

« Il a patiné en disant qu'il a un héritage juif », écrit Brad Marshall dans ce courriel daté du 5 mai adressé à trois hauts responsables du CND. « Je pense avoir lu qu'il est athée. Cela pourrait faire plusieurs points de différence avec mes gens. Mes baptistes du Sud feraient une grande différence entre un juif et un athée. »

Aucun nom n'est mentionné, mais Bernie Sanders était le seul candidat juif.

Bernie Sanders a par ailleurs fait la fine bouche dimanche sur le choix de Tim Kaine comme colistier de Hillary Clinton, même s'il a déclaré connaître le sénateur de Virginie depuis des années et l'apprécier. « Tim est un gars très très intelligent. C'est un gars très bien », a dit le sénateur du Vermont.

« Il est plus conservateur que moi. Aurais-je préféré que Clinton choisisse quelqu'un comme Elizabeth Warren? Oui, c'est bien le cas », a-t-il toutefois ajouté sur NBC, par allusion à la figure de proue de l'aile progressiste du parti.

International