•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'enquête sur les femmes autochtones assassinées critiquée en Saskatchewan

femmes autochtones assassinées ou disparues

Photo : CBC

Radio-Canada

Le président de la coalition des affaires autochtones de la Saskatchewan, Kim Beaudin, dénonce le mandat de prévention de la violence prévu pour la Commission d'enquête nationale sur les femmes autochtones disparues ou assassinées, selon une ébauche des objectifs qui guideront la Commission.

« Ce n'est pas une bonne idée, le travail des policiers devrait être inclus dans la Commission », explique-t-il. « Il y a peut-être plusieurs choses qu'ils ont faites de bien et on n'en entendra pas parler. Mais c'est la raison de la Commission, plusieurs départements de police à travers le pays ne prenaient pas la problématique des femmes autochtones disparues ou assassinées aussi au sérieux qu'ils auraient dû. »

Dans une ébauche obtenue par CBC où l'on peut lire les grandes lignes du mandat de cette future commission, il est écrit que l'accent sera mis « sur des actions concrètes pour aider à mettre fin à la violence faite aux femmes autochtones ».

« L'enquête doit porter sur tous les aspects et toutes les organisations, ça doit se faire à tous les niveaux », pense Sue Duranger, militante de longue date en Saskatchewan pour la cause des femmes autochtones disparues ou assassinées. « Si on se concentre sur la prévention de la violence, la réponse se trouve dans ces organisations. C'est un gros oubli de ne pas enquêter sur le travail des policiers. »

Lors des consultations menées dans 17 communautés autochtones un peu plus tôt cette année, des demandes avaient été faites au gouvernement fédéral de se pencher sur les comportements de la police envers les Autochtones. Certaines familles soutenaient que la police agissait de façon discriminatoire envers les Autochtones et accusaient même la police d'inconduite.

« Il y a plusieurs problèmes systémiques, souligne Kim Beaudin. Comment tu abordes le racisme en Saskatchewan avec la police? De quelle façon va-t-elle régler ces problématiques? Ce sont des problèmes », conclut-il.

En Saskatchewan 33 femmes autochtones sont portées disparues.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Autochtones