•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les colibris possèdent une vision unique parmi le monde animal

Un colibiri lors d'une expérience scientifique à UBC

Un colibiri lors d'une expérience scientifique à UBC

Photo : UBC

Radio-Canada

La vision des colibris est différente et plus performante que celle des autres animaux, selon une étude publiée par l'Université de la Colombie-Britannique (UBC).

Un texte de Christophe Le GentilCourriel

Le petit oiseau fait partie des espèces les plus agiles du monde animal. Il peut voler jusqu'à 50 km/h, naviguer à travers une végétation dense et s'arrêter en plein vol.

Les chercheurs d'UBC ont découvert que la capacité visuelle des colibris fonctionne différemment par rapport aux autres espèces animales, ce qui leur permet de réaliser des acrobaties aériennes sans difficulté et sans risque de collisions.

« Les oiseaux volent plus vite que les insectes, c'est plus dangereux s'ils percutent des éléments présents dans la nature », dit Roslyn Dakin, une doctorante au département de zoologie d'UBC et chef de l'étude.

Elle ajoute que l'objectif de cette étude est de comprendre comment les colibris utilisent leur environnement de façon différente pour suivre une trajectoire précise par rapport aux insectes.

Les modalités de l'étude

Les scientifiques ont placé des colibris dans un tunnel spécialement conçu pour l'étude. Des motifs et des formes géométriques ont été projetés à l'intérieur pour simuler les obstacles présents dans l'environnement naturel. Huit caméras ont été installées pour suivre les mouvements des colibris pendant leur déplacement à l'intérieur du tunnel de 5,50m.

« Nous avons profité de l'attraction naturelle des colibris pour l'eau sucrée pour installer une perche d'un côté du tunnel et une mangeoire de l'autre. Ils ont fait des allers-retours toute la journée. Cela nous a permis de tester différents stimulus visuels », précise Douglas Altshuler, un professeur qui a participé à l'étude.

Peu d'informations sont connues sur la fonction visuelle des oiseaux pendant le vol. Les abeilles calculent les distances en mesurant la vitesse d'un objet qui passe dans leur champ de vision, comme les automobilistes sur la route.

Lorsqu'un conducteur voit défiler des poteaux électriques rapidement le long de la route, son cerveau comprend que ces objets sont relativement proches de lui, et à l'inverse, des édifices situés plus loin mettent plus de temps à défiler, ce que la personne interprète comme étant une distance plus lointaine.

Lorsque les chercheurs ont utilisé ce procédé dans le tunnel avec les colibris, ceux-ci n'ont pas réagi. Mme Dakin et ses collègues ont déterminé que cette espèce d'oiseau se fie à la taille des objets présents autour de lui pour déterminer les distances. Plus les objets deviennent gros, plus le colibri interprète l'information de la proximité de l'obstacle, et à l'inverse, plus un objet devient petit plus il sait qu'il s'en éloigne.

« Cette méthode unique de repérage spatial est commune à celle utilisée par les mouches pour éviter les collisions, cela lui permet d'adapter sa vitesse en vol selon les circonstances. Lorsque les formes géométriques sur les parois du tunnel ont été déplacées vers le haut ou le bas, les colibris ont ajusté leur vol », conclut Mme Dakin.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Colombie-Britanique

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Colombie-Britanique.