•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du matériel scolaire pour les enfants réfugiés de Trois-Rivières

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Adis Simidzija, président fondateur de Des livres et des réfugié-e-s.

Adis Simidzija, président fondateur de Des livres et des réfugié-e-s.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Adis Simidzija, réfugié bosniaque arrivé à Trois-Rivières en 1998 et président fondateur de l'association trifluvienne Des livres et des réfugié-e-s va remettre à la rentrée scolaire à une trentaine d'enfants, réfugiés ou dans le besoin, du primaire et du secondaire, des sacs d'école remplis de fournitures scolaires.

L'homme de 27 ans est aussi l'auteur du livre Confession d'un enfant du XXIe siècle, un recueil de poèmes et de nouvelles. Les profits engendrés par la vente de 300 exemplaires du livre ont permis de financer l'investissement dans le matériel scolaire.

L'association souhaite aussi faciliter l'intégration des familles de réfugiés. Des ateliers d'interaction entre parents québécois et parents d'immigrants sont prévus.

Ce qu'on veut tenter de faire, c'est de sortir les parents réfugiés et immigrants en général qui viennent d'arriver au Québec et à Trois-Rivières, plus précisément, de leur inconfort.

Adis Simidzija, président fondateur de l'association Des livres et des réfugié-e-s

Par ailleurs, l'association de l'auteur trifluvien lance un concours ouvert à tous les étudiants des universités québécoises pour l'obtention d'une bourse de 1000 $ pour la session d'hiver 2017. Le thème des mémoires ou des thèses devra avoir un lien avec l'intégration d'enfants immigrants (réfugiés ou non) dans la société québécoise, indique le site web de l'association.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !