•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mike Ward devra verser 35 000 $ à Jérémy Gabriel

L'humoriste Mike Ward
L'humoriste Mike Ward Photo: Radio-Canada

Le Tribunal des droits de la personne condamne l'humoriste Mike Ward à verser 35 000 $ à Jérémy Gabriel pour des propos portés à son endroit.

Plus spécifiquement, Mike Ward devra verser 25 000 $ en dommages moraux et 10 000 $ en dommages punitifs à Jérémy Gabriel. L'humoriste devra aussi verser 7000 $ à Sylvie Gabriel, la mère de Jérémy, soit 5000 $ en dommages moraux et 2000 $ en dommages punitifs.

Jérémy GabrielJérémy Gabriel

Le litige remonte à un numéro que présentait l'artiste en 2010 et dans lequel il était question du handicap du « petit Jérémy », qui souffre du syndrome de Treacher Collins. C'est une amie de la famille Gabriel qui a porté plainte devant la Commission des droits de la personne. Une somme de 80 000 $ était réclamée à Mike Ward pour des dommages moraux et punitifs.

Au cours du procès, la Commission a plaidé que les propos de Mike Ward avaient gravement porté atteinte à la dignité de Jérémy Gabriel. 

Le juge Scott Hughes conclut que les blagues de M. Ward ont « outrepassé les limites de ce qu'une personne raisonnable doit tolérer au nom de la liberté d'expression. La discrimination dont Jérémy a été victime est injustifiée ».

L'humoriste plaidait la liberté d'expression, mais le juge a aussi été clair à ce propos. « La liberté d'expression comprend la liberté d'expression artistique, sans toutefois que celle-ci ait un statut supérieur à la liberté d'expression générale. La liberté d'expression artistique est donc aussi limitée par les autres droits protégés par la Charte », a écrit le juge dans sa décision.

Quelques heures après la tombée du verdict, Mike Ward en a rajouté dans son spectacle Nasty Show donné en anglais mercredi soir à Montréal, dans le cadre du Festival Juste pour rire.

Il a fait un numéro en racontant qu'il venait de recevoir le verdict, tout en disant qu'il ne savait pas ce qu'était la Commission des droits de la personne avant d'être poursuivi.

Mike Ward a aussi répété que « le petit Jérémy aurait dû mourir et que puisqu'il est toujours vivant, il devrait rembourser le cadeau qu'il a reçu de la fondation Fais-un-Vœu ».

L'avocat de Mike Ward, Julius Grey, a indiqué qu'il portera la décision en appel. « Je suis en désaccord total avec ce jugement. Je vais réserver mes arguments pour la Cour d'appel, mais de toute façon, mon désaccord avec ce jugement est si total que je ne peux pas souligner des points plutôt que d'autres ».

La famille du « petit Jérémy » doit donner une conférence de presse jeudi.

Arts