•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cervelle d'oiseaux? Pourquoi se frappent-ils aux vitres des édifices?

Un oiseau mort

Un oiseau mort

Photo : Andreas Altenburger

Radio-Canada

Chaque année, 25 millions d'oiseaux meurent au Canada parce qu'ils sont entrés en collision, en plein vol, avec la surface vitrée d'un édifice. Au mois d'avril, une trentaine d'oiseaux sont morts de cette façon à l'hôtel de ville d'Ottawa, après avoir heurté la passerelle de verre qui relie deux bâtiments. Pour l'organisme Ailes en sûreté, il temps d'adopter à Ottawa des mesures pour protéger les oiseaux.

Un texte d'Angie BonenfantTwitterCourriel

La capitale fédérale comporte de nombreux édifices en hauteur vitrée. En 2015, selon les estimations d'Ailes en sûreté, près de 1300 oiseaux sont entrés en collision avec une surface en verre. Plus de 80 % de ces oiseaux sont morts.

La bénévole Cynthia Paquin souligne que ces chiffres sont très conservateurs, puisque la mort de beaucoup d'oiseaux passe inaperçue.

Nous devons être au bon endroit au bon moment pour les trouver. Mille oiseaux meurent chaque année. C'est énorme!

Cynthia Paquin, Ailes en sûreté Ottawa

Les édifices en verre sont de plus en plus populaires, dit Mme Paquin. « Ils ne coûtent pas cher à construire et les gens aiment leur esthétisme. À Ottawa, il n'y en a pas autant qu'à Vancouver, mais nous avons des secteurs où il y en a plusieurs », indique-t-elle.

Un employé de la Ville d'Ottawa installe des feuilles de papier sur la passerelle vitrée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un employé de la Ville d'Ottawa installe des feuilles de papier sur la passerelle vitrée.

Photo : Radio-Canada

L'hôtel de ville

Après la découverte d'une trentaine d'oiseaux morts sous la passerelle de l'hôtel de ville au printemps dernier, les dirigeants ont pris des mesures pour que cela ne se reproduise plus.

« Des décalcomanies ont été appliquées aux vitres extérieures de la passerelle, qui joint l'hôtel de ville d'Ottawa à l'édifice historique. Elles ont été placées, afin d'empêcher les oiseaux de se cogner dans les vitres », a indiqué la gestionnaire des secteurs parcs, immeubles et terrains, Kelly Amon.

Depuis, ces décalcomanies ont été remplacées par des motifs de décalcomanie fabriqués par la Ville. Cette mesure est tout aussi efficace. Aucun oiseau mort n'a été signalé, indique-t-on à l'hotel de ville.

La Ville d'Ottawa fait sa part, mais il faudrait en faire plus sur l'ensemble du territoire, affirme Ailes en sûreté. L'organisme aimerait que le conseil municipal mette sur pied des lignes directrices pour les nouvelles constructions.

« Ces lignes rappelleraient aux constructeurs de bâtir des édifices, qui ne menacent pas la vie des oiseaux. Elles leur rappelleraient, par exemple, de mettre un traitement sur les fenêtres pour qu'elles ne reflètent pas le ciel ou les arbres », explique Cynthia Paquin.

Toronto, Vancouver et New York ont adopté de telles lignes directrices.

Cervelle d'oiseau

Que se passe-t-il dans la tête d'un oiseau face à un espace vitré? « Les oiseaux ne font pas la différence entre ce qu'ils voient et ce qu'ils ne voient pas », explique Cynthia Paquin.

De plus, les oiseaux migrateurs n'ont pas la chance d'apprendre de leurs erreurs. « La première fois qu'ils frappent un obstacle vitré est souvent la dernière », déplore-t-elle.

Au centre-ville, à l'inverse, il n'y a pas autant d'oiseaux qui frappent des vitres. « C'est comme s'ils avaient appris à bien se comporter autour des édifices », soutient Mme Paquin.

La réalité, toutefois, c'est qu'on en sait très peu sur ce phénomène. Quels sont les stimulus optiques reçus par le cerveau d'un oiseau? De nombreuses études se penchent sur la question.

Ces jaseurs boréaux ont frappé la passerelle de verre de l'hôtel de ville d'Ottawa.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ces jaseurs boréaux ont frappé la passerelle de verre de l'hôtel de ville d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Étranges petites bêtes

Les oiseaux s'adaptent bien à l'environnement naturel, mais leurs capacités visuelles ne leur permettent pas de reconnaître le verre comme un obstacle.

Pourquoi les oiseaux entrent-ils en collision avec les édifices en vitres? Le document Les Oiseaux, le verre et la lumière dans la construction de la Station ornithologique suisse offre quelques éléments de réponses.

1. La transparence
Beaucoup d'oiseaux meurent en essayant de voler au travers des structures en verre. L'oiseau perçoit à travers la vitre un arbre, le ciel ou un paysage qui lui convient. Il s'y dirige par le chemin le plus direct et entre en collision avec la surface vitrée. Plus la vitre est transparente et plus sa surface est grande, plus le risque de collision est élevé.

2. La réflexion
Les réflexions de la végétation et du ciel environnant sur certaines surfaces en verre dupent les oiseaux. Ces derniers croient reconnaître un environnement favorable. Ils s'y dirigent sans réaliser que ce n'est qu'un reflet. Des miroirs placés dans le paysage ont le même effet.

3. Les lumières artificielles
De nombreux oiseaux migrent la nuit, en utilisant la lune et les étoiles comme points de repère. Les lumières artificielles les attirent et leur font perdre le sens de l'orientation. Les oiseaux migrateurs peuvent ainsi dévier de leur trajectoire et entrer en collision avec des obstacles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Environnement