•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des stations hybrides d'énergie renouvelable s'implantent sur la Côte-Nord

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Construction d'une station hybride à Havre-Saint-Pierre

Construction d'une station hybride à Havre-Saint-Pierre

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quatre stations hybrides qui produisent de l'énergie renouvelable seront installées cet été sur le territoire de la Côte-Nord et du Labrador.

Grâce à une éolienne et à des panneaux solaires, ces stations fourniront de l'énergie à des bâtiments isolés qui étaient jusqu'à présent alimentés par des génératrices à essence.

La première de ces stations fonctionne à la réserve de la biodiversité Uapishka et une autre a été installée dans une pourvoirie au nord de Schefferville.

Selon l'ingénieur et fondateur de l'entreprise NovaPro, Bobby Boucher, son invention permet aux utilisateurs de diminuer grandement leur dépendance aux énergies fossiles, mais aussi d'économiser beaucoup d'argent.

« Dans le Nord, ça nous coûte environ 4 $ à 5 $  le kilowatt/heure, ce qui est excessivement dispendieux, explique-t-il. Le fait d'amener une station hybride, j'estime à 90 % l'économie de carburant pour les pourvoiries. »

Bobby Boucher dans son atelier de Havre-Saint-PierreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bobby Boucher dans son atelier de Havre-Saint-Pierre

Photo : ICI Radio-Canada

Demande croissante

Depuis la présentation de son prototype en décembre à Baie-Comeau, Bobby Boucher constate un engouement grandissant pour sa station hybride.

En plus de celles à la réserve Uapishka et celle au nord de Schefferville, deux autres stations seront mises en place d'ici la fin de l'été.

Le carnet de commandes ne cesse de se remplir, selon Bobby Boucher.

Ça va nous obliger à passer en sous-traitance et on a beaucoup d'entreprises régionales qui sont prêtes à travailler.

Bobby Boucher

Main-d'oeuvre et matériaux locaux

En plus de favoriser la main-d'oeuvre locale, Bobby Boucher sélectionne aussi des matériaux produits au Québec, comme l'aluminium.

« C'est un matériau très écologique. C'est recyclable et il n'a pas besoin de finition ou peinture », précise-t-il.

Dans les prochaines années, il espère également que son projet pourra contribuer à la diversification économique de la Minganie, lourdement affectée par les soubresauts de l'industrie minière.

Avec les informations de Katy Larouche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec