•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fethullah Gülen et le président turc : amis hier, ennemis aujourd'hui

Fethullah Gülen en entrevue depuis sa résidence en Pennsylvanie

Fethullah Gülen en entrevue depuis sa résidence en Pennsylvanie

Photo : Chris Post

Radio-Canada

La tentative de putsch en Turquie samedi dernier a remis à l'avant-plan les différends entre le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et Fethullah Gülen, un de ses anciens alliés qu'il accuse maintenant d'avoir fomenté le coup d'État raté. 

M. Erdogan a d'ailleurs demandé aux États-Unis d'extrader son ancien partenaire politique.

Fethullah Gülen est un homme âgé et malade, qui nie formellement être impliqué dans ce coup. « Je vais mourir un jour, mais que ce soit dans mon lit ou en prison, cela m'est égal », a-t-il dit aux journalistes de la BBC a qui il a accordé une de ses rares entrevues.

Gülen est un prédicateur musulman influent. Cet intellectuel a fondé dans les années 1970 le mouvement Hizmet, aussi appelé le mouvement Gülen, qui se définit comme un « mouvement international éducatif, interculturel et interreligieux ». 

Ce mouvement est largement implanté dans la société turque. Il s'appuie sur un réseau d'écoles et d'entreprises. Il est aussi influent dans les médias, la police et la justice.

Gülen et Erdogan ont formé une équipe pour accéder au pouvoir au début des années 2000. Le mouvement Hizmet s'est allié à l'AKP, le parti fondé par Erdogan en 2001, parce qu'ils partageaient le principe de la séparation du religieux et du politique.

Erdogan s'est installé au pouvoir en profitant des liens du mouvement Hizmet dans le milieu judiciaire et pour tempérer l'armée.

Entre-temps, Fethullah Gülen a pris la route de l'exil en 1999 au moment où l'armée entamait une enquête sur lui. Il a été acquitté en 2006.

Des alliés devenus ennemis

Les alliés pour une Turquie ouverte se sont rapidement éloignés lorsqu'Erdogan a effectué un virage autoritaire en 2011. Éclaboussé par un scandale de corruption deux ans plus tard, Erdogan y voit l'œuvre de Gülen et s'empresse de purger la justice et l'armée, ces mêmes institutions qui avaient contribué à renforcer son pouvoir au début des années 2000.

L'imam Gülen est d'ailleurs poursuivi, avec d'anciens policiers, dans cette affaire. Son procès s'est ouvert, en son absence, à Istanbul en janvier dernier. Il est accusé d'avoir fabriqué les allégations de corruption. 

Le chef de l'État n'a de cesse d'accuser Fethullah Gülen et ses sympathisants d'avoir mis en place un « État parallèle » qui cherche à le renverser.

Fethullah Gülen a poursuivi sa carrière aux États-Unis. Il a publié plusieurs ouvrages et des réflexions sur le monde musulman et sur le terrorisme dans des journaux comme le Wall Street Journal et Le Monde. En 2008, il a fini au premier rang des 20 plus grands intellectuels publics du monde du magazine Foreign Policy. Il a reçu le prix Manhae pour la paix en 2013.

 

Avec les informations de BBC News, Le Monde, TF1 News, Courrier international, et La Libre Belgique

International