•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ministre français dit que d'autres attentats vont faire d'autres victimes

Le premier ministre français Manuel Valls devant le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve

Le premier ministre français Manuel Valls devant le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve

Photo : Reuters / Charles Platiau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« Il y aura d'autres attentats et il y aura d'autres innocents tués », a prédit le premier ministre français, Manuel Valls, mardi soir, dans un discours qu'il a prononcé devant les députés de l'Assemblée nationale, cinq jours après l'attentat qui a fait 84 morts et plus de 300 blessés à Nice.

« Même si ces mots sont durs à prononcer, c'est mon devoir de le faire », a-t-il dit, durant le débat sur la prolongation de l'état d'urgence.

Nous devons, non pas nous habituer - jamais - mais apprendre à vivre avec cette menace. À vivre avec elle et à la combattre.

Une citation de :Manuel Valls, premier ministre de la France
Le président français François HollandeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président français François Hollande

Photo : Reuters / Rafael Marchante

La France va donc vraisemblablement prolonger l'état d'urgence, qui devrait être porté à six mois, soit jusqu'à la fin de janvier prochain. Ce serait là une première depuis la guerre d'Algérie (1954-1962), où il avait duré près de huit mois.

L'état d'urgence est un régime qui n'est adopté que de manière exceptionnelle et qui facilite les perquisitions et les assignations à résidence. Il est en vigueur depuis les attaques du 13 novembre à Paris,

L'unité face à l'adversité

« La priorité, c'est la protection, c'est la défense, c'est la sécurité de nos frontières, non pas pour nous replier, mais pour être capables de vivre ensemble », avait rappelé plus tôt mardi le président François Hollande, en visite au Portugal.

« Les terroristes veulent nous diviser, nous séparer, nous monter les uns contre les autres », a averti M. Hollande.

Il y a un devoir qui m'anime : que nous soyons unis, rassemblés, capables de réagir comme il convient avec la force nécessaire.

Une citation de :François Hollande, président de la France
Attentat à Nice - notre section spéciale

Victimes étrangères

Des 84 personnes mortes le 14 juillet, quand Mohamed Lahouaiej Boulhel, âgé de 31 ans, a foncé dans la foule, 38 étaient étrangères, venant d'Algérie, d'Allemagne, d'Arménie, de Belgique, du Brésil, d'Estonie, des États-Unis, de Géorgie, d'Italie, du Kazakhstan, de Madagascar, du Maroc, de Pologne, de Roumanie, de Russie, de Suisse, de Tunisie, de Turquie et d'Ukraine.

Les autorités françaises dénombrent également plusieurs étrangers parmi les 300 blessés, mais elles ne sont pas encore en mesure de confirmer leur pays d'origine.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !