•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier vaccin contre le virus Zika testé à Québec

Le reportage de Guylaine Bussières
Radio-Canada

Une première étude clinique pour tester l'efficacité d'un vaccin contre le virus Zika sera menée à Québec. L'équipe du Centre de recherche en infectiologie (CRI) de l'Université Laval affirme être la première au monde à obtenir l'autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) et de Santé Canada pour le développement du vaccin.

L'équipe de chercheurs travaillera en collaboration avec deux centres américains. Le CRI a été impliqué dès le début des travaux entrepris il y a huit mois. 

Le docteur en microbiologie Gary Kobinger est une sommité dans le domaine de la recherche sur les vaccins. Il a notamment contribué au développement d'un médicament contre le virus Ebola.

Le spécialiste explique que le vaccin a été « physiquement » conçu à Philadelphie. Alors qu'il n'existe encore aucun vaccin ni traitement contre le virus Zika, les chercheurs sont fiers d'avoir atteint cette étape. Leur vaccin sera testé à Québec, Miami et Philadelphie.

« Un premier vaccin en développement sera administré pour la première fois à des humains dans le cadre de cette étude clinique, » précise la présidente-directrice générale du CHU de Québec, Gertrude Bourdon.

C'est l'histoire que nous écrivons ensemble.

Gertrude Bourdon, présidente-directrice générale du CHU de Québec

Malgré l'espoir qu'il suscite, le vaccin devra toutefois franchir plusieurs étapes avant d'être commercialisé.

« L'espoir, c'est qu'au début 2017 on va avoir toute l'information en place pour soumettre un protocole pour une phase 2 », explique le docteur Kobinger. Avant d'être commercial, il doit franchir la phase 3, puis il devra être homologué. Il est donc difficile de savoir quand il pourra être sur le marché, ajoute le spécialiste.

Un type de vaccin qui projette l'image du virus

En entrevue à l'émission 24/60, M. Kobinger explique que le vaccin envoie au système immunitaire une image de l'extérieur du virus Zika. Ayant déjà « vu » le Zika, le système immunitaire le reconnaîtra et se défendra contre celui-ci s'il est détecté dans le corps.« On développe une réponse anticorps et cellulaire contre le vaccin », précise le directeur du Centre de recherche en infectiologie (CRI) de l'Université Laval. 

Gary Kobinger admet que plusieurs types de vaccins peuvent être efficaces contre le virus Zika. Toutefois, celui choisi par son équipe a démontré son efficacité contre d'autres agents infectieux, tels que le virus du papillome humain (VPH), celui de l'influenza et le virus du Nil, qui s'apparente au Zika.

Ce type de vaccin a également été choisi pour son côté sécuritaire. Il a déjà été utilisé sur des centaines de personnes dans d'autres études cliniques. 

Candidats recherchés

L'étude clinique supervisée par la Dre Sylvie Trottier devrait débuter dans les prochains jours. Au total, une quarantaine de candidats seront recrutés dans les trois centres de recherche impliqués, dont une quinzaine à Québec.

Le CHU est présentement à la recherche d'adultes volontaires âgés de 18 à 65 ans et en bonne santé pour y participer. L'étude va s'échelonner sur une période de 60 semaines.

À propos du virus Zika...

  • Il se transmet principalement aux humains par des piqûres de moustiques;
  • 95 % des gens qui contractent le virus ne développent aucun symptôme;
  • Il peut causer des fausses-couches chez les femmes enceintes ou des malformations cérébrales chez les nouveau-nés;
  • 150 cas au Canada, contractés en voyage.

Québec

Santé publique