•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conservateurs aussi inactifs que les libéraux pour aider les yézidis

Une jeune fille yézidi, qui fuit les violences perpétrées contre la minorité religieuse dont elle fait partie.
Une jeune fille yézidi, qui fuit les violences perpétrées contre la minorité religieuse dont elle fait partie. Photo: Reuters/Youssef Boudlal
Radio-Canada

Alors que les conservateurs font pression sur le gouvernement Trudeau pour protéger des groupes vulnérables comme les yézidis, une donnée sur les réfugiés syriens les met dans l'embarras en révélant qu'ils ont peu aidé ce groupe sous leur règne. 

Un audit indique que seulement 3 yézidis ont été accueillis au Canada parmi les 500 réfugiés syriens, lorsque le gouvernement Harper était au pouvoir. 

Des fonctionnaires de l'Immigration ont affirmé au comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration de la Chambre des communes que les yézidis ne figuraient pas parmi « les domaines d'intérêt » définis par le gouvernement conservateur dans sa politique d'accueil aux réfugiés.

Cette donnée semble donner raison aux libéraux qui accusent les conservateurs de ne pas avoir aidé cette minorité religieuse lorsqu'ils formaient le gouvernement. 

Qui sont les yézidis?

Les yézidis sont des Kurdes membres d'une minorité religieuse, le yézidisme. Ils vivent notamment dans le nord de l'Irak et en Syrie.

Les libéraux boudent les yézidis, selon les conservateurs

La députée conservatrice Michelle Rempel a affirmé dimanche que les libéraux ne veulent pas se concentrer sur les yézidis parce que la politique des réfugiés sous l'ancien gouvernement conservateur était axée sur les minorités religieuses. 

Ce ne doit pas être la gauche contre la droite ou les bleus contre les rouges, ce sont des politiques complémentaires que le gouvernement boude parce que c'est quelque chose que nous avions fait.

Michelle Rempel, députée conservatrice

La conservatrice a espéré que les audiences de cette semaine pourront les faire changer d'idée.

À la demande des conservateurs, le comité sur la citoyenneté et l'immigration se réunit cette semaine pour étudier des mesures possibles pour la protection des groupes vulnérables.

État islamique, le règne de la terreur

Trudeau reconnaît le génocide des yézidis, mais...

En juin dernier, le gouvernement Trudeau avait voté contre une motion des conservateurs déclarant que les violences perpétrées par le groupe armé État islamique (EI) constituaient un génocide.

Le premier ministre avait soutenu que cette qualification devait être effectuée de « manière objective et responsable », ce pour quoi son gouvernement avait demandé au Conseil de sécurité de l'ONU de trancher si une telle désignation était appropriée ou non.

Quelques jours plus tard, les Nations unies ont accusé l'EI de commettre un génocide contre les yézidis.

La commission d'enquête de l'ONU sur les droits de l'homme en Syrie indiquait dans son rapport que les femmes et les filles étaient entretenues comme esclaves sexuelles, tandis que les garçons étaient endoctrinés et utilisés dans les combats.

Le gouvernement Trudeau a formellement reconnu que l'EI commettait un génocide, au lendemain de cette annonce.

Trudeau a toutefois refusé de demander directement à l'ONU d'évacuer les yézidis de l'Irak et a refusé d'étudier spécifiquement la situation des yézidis.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique internationale

Politique