•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travaux d'enrochement sur la rivière Matapédia : un remède pire que le mal?

Des travaux d'enrochement qui s'affaissent avec la force du courant.
Des travaux d'enrochement qui s'affaissent avec la force du courant. Photo: Courtoisie Cynthia Simard
Radio-Canada

Les travaux d'enrochement qui ont été effectués au fil des ans, sur les rives de la rivière Matapédia, ont fini par accentuer l'érosion des berges, estime l'Organisme de bassin versant Matapédia-Restigouche (OBVMR).

Un texte de Brigitte DubéTwitterCourriel

Selon l'organisme, l'établissement des habitations s'est fait trop près des rives et il y a eu empiètement sur les méandres de la rivière par l'ajout de murets rocheux.

Le géographe Mathieu Simard indique que l'érosion sévit sur les rives des secteurs Matapédia et Lac Humqui, mais qu'elle est beaucoup plus marquée dans le village de Sainte-Florence.

Travaux d'enrochement pour éviter l'affaissement d'une route à Sainte-Florence.Travaux d'enrochement pour éviter l'affaissement d'une route à Sainte-Florence. Photo : Courtoisie Mathieu Simard

« On observe de nombreux enrochements à Sainte-Florence. Cette municipalité se trouve dans une plaine alluviale, c'est-à-dire une vallée en très faible pente creusée à long terme par le lit d'un cours d'eau. Elle est donc particulièrement vulnérable. »

Malheureusement, ajoute le géographe, l'enrochement agit un peu comme un trampoline.

L'enrochement renvoie une grande partie de son énergie en aval. C'est donc la rive concave suivante qui subit l'érosion et ainsi de suite.

Mathieu Simard, géographe de l'OBVMR

Selon Mathieu Simard, « tous ces transferts d'énergie en aval engendrent une éternelle partie de ping-pong entre les riverains, les municipalités, la MRC, le Ministère des Transports et les utilisateurs de la voie ferrée ».

On parle de coûts considérables pour tous.

Mathieu Simard, géographe de l'OBVMR
Le Canadien National a effectué des travaux d'enrochement pour protéger la voie ferrée dans le secteur de Sainte-Florence, plus précisément la fosse à saumons du Cordonnier.Le Canadien National a effectué des travaux d'enrochement pour protéger la voie ferrée dans le secteur de Sainte-Florence, plus précisément la fosse à saumons du Cordonnier. Photo : Courtoisie Mathieu Simard

Mathieu Simard cite en particulier les travaux d'enrochement effectués par le Canadien National, pour protéger la voie ferrée, dans la zone de la fosse à saumons dite du Cordonnier.

La solution : végétaliser les rives

L'OBVMR propose de planter des végétaux pour solidifier les rives. « Il serait impensable d'enlever l'enrochement, mais planter des arbustes qui vont pousser autour et à travers permettrait au moins de diffuser et d'atténuer cette énergie qui ravage les rives. »

Travaux d'enrochement sur la rivière Matapédia dans le secteur de Sainte-Florence.Travaux d'enrochement sur la rivière Matapédia dans le secteur de Sainte-Florence. Photo : Courtoisie Mathieu Simard

L'OBVMR anticipe que les conséquences de ces travaux pourraient devenir un fardeau pour les générations futures.

Idéalement, dit-on, il faudrait planifier à plus long terme, en intégrant aux schémas d'aménagement et d'urbanisme un « espace de liberté », un concept élaboré en France, mais qui est en développement à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR).

Mathieu Simard explique qu'il consiste à laisser le lit de la rivière inonder naturellement les rives, ce qui permet d'observer son comportement réel et les zones à risques. Les nouvelles constructions y seraient par la suite interdites.

Est du Québec

Environnement