•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade à Baton Rouge : le tireur est un ancien militaire

Des policiers patrouillent le site de la fusillade qui a coûté la vie à trois policier à Baton Rouge, en Louisiane.

Photo : Reuters/Jonathan Bachman

Radio-Canada

Trois policiers ont été tués et trois autres, blessés à la suite d'une fusillade survenue dimanche matin, à Baton Rouge, en Louisiane. Le tireur a été abattu par les autorités.

Des détails commencent à émerger sur l'auteur de la fusillade. Il s'agirait de Gavin Eugene Long, un homme noir originaire de Kansas City au Missouri. Il avait travaillé pour la Marine américaine de 2005 à 2010 et avait atteint le grade de sergent au cours de sa dernière année comme militaire. Il devait célébrer son 29e anniversaire dimanche.

En fin d'après-midi, le surintendant de la police de la Louisiane, accompagné d'autres représentants de l'État, a assuré qu'il n'y avait pas d'autres tireurs actifs à Baton Rouge. Il a toutefois indiqué qu'il pouvait y avoir d'autres personnes impliquées dans cette affaire.

Une enquête, à laquelle collaboreront différents corps policiers, dont le FBI, est en cours. Un important périmètre de sécurité a été déployé autour du site de la fusillade.

Les enquêteurs n'ont pour l'heure rien dit au sujet des motivations qui ont pu conduire le tireur à ouvrir le feu sur les forces de l'ordre dans la ville où Alton Sterling, un Noir de 37 ans, a été tué par deux policiers blancs début juillet.

Des messages envoyés en son nom sur les réseaux sociaux laissent toutefois entendre qu'il ne supportait plus les violences policières à l'encontre des minorités. Dans une vidéo mise en ligne sur YouTube, Gavin Long affirme que seules une riposte violente et des pressions financières peuvent faire changer les choses.

Les policiers ont indiqué que le suspect abattu était vêtu de noir et qu'il portait un masque en plus d'une arme d'assaut. Les autorités louisianaises ont invité les citoyens de Baton Rouge à communiquer avec eux s'ils apercevaient d'autres individus arborant un attirail similaire.

La vitre de cette autopatrouille a été criblée de balles lors de la fusillade survenue à Baton Rouge, en Lousiane.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La vitre de cette autopatrouille a été criblée de balles lors de la fusillade survenue à Baton Rouge, en Lousiane.

Photo : Reuters/Jonathan Bachman

Un appel suspect

L'événement est survenu vers 9 h, heure locale, à quelques kilomètres du quartier général de la police. Selon le maire de Baton Rouge, Kip Holden, des agents répondaient à un appel indiquant la présence d'un individu à l'apparence suspecte dans l'est de la ville. Une fois sur les lieux, ils ont été pris pour cibles par un tireur.

Selon des sources proches du dossier, les policiers cherchent à déterminer si l'appel aurait pu être logé par le tireur dans le but de piéger les agents dépêchés sur place.

Les agents atteints ont été rapidement transportés à un hôpital de la région, a précisé le sergent de la police de Baton Rouge, Don Coppola. Un policier lutte présentement pour sa vie.

L'identité des policiers tués révélée

Les autorités de la Louisiane n'ont pas encore officiellement identifié les victimes de l'attaque, mais selon des médias américains, il s'agirait de Montrell Jackson, Matthew Gerald et Brad Garafola.

La classe politique américaine réagit

Le président américain Barack Obama a fermement condamné l'attaque contre les policiers louisianais. Par voie de communiqué, il a indiqué que bien qu'on ne connaissait pas encore les raisons de l'attaque « le recours à la violence contre les forces de l'ordre était injustifiable », et que des actes de ce genre « ne font avancer aucune cause ».

S'adressant au peuple américain, le président Barack Obama a vivement condamné l'attaque contre des policiers louisianais.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

S'adressant au peuple américain, le président Barack Obama a vivement condamné l'attaque contre des policiers louisianais.

Photo : Reuters/Joshua Roberts

Le candidat probable à l'investiture républicaine, Donald Trump, a également réagi à la fusillade sur les réseaux en exprimant sa tristesse et en exigeant « le retour de l'ordre public ». Le milliardaire américain attribue l'attaque de Baton Rouge à « un manque de leadership » de l'administration Obama.

Hillary Clinton, sa rivale démocrate, a évoqué la nécessité de « se mettre debout ensemble pour contrer la violence et renforcer nos communautés ».

Cette attaque contre des policiers de Baton Rouge est une attaque contre nous tous. Il n’y pas de justification pour la violence, la haine et les attaques contre ces hommes et ces femmes qui mettent leur vie en danger tous les jours pour protéger nos familles et nos communautés.

Hillary Clinton, candidate à l'investiture démocrate.

Le gouverneur de la Louisiane, John Bel Edwards, a pour sa part condamné l'attaque dans un communiqué, qualifiant le geste d'« injustifié » et assurant que tous les moyens seraient pris pour amener les assaillants devant la justice.

Avec les informations de Associated Press, NBC, Reuters, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International