•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bâtiment 7, un exemple de développement communautaire

Maquette du projet des Ateliers 7 à Nous, dans le Bâtiment 7 dans le quartier Pointe-Saint-Charles

Maquette du projet des Ateliers 7 à Nous, dans le Bâtiment 7 dans le quartier Pointe-Saint-Charles

Photo : Poddubiuk architecte - dessin de JB Bouillant (2016)

Radio-Canada

Une initiative citoyenne est en train de transformer un bâtiment désaffecté du sud-ouest de l'île de Montréal en un exemple de développement communautaire.

Il y a quelques années encore, le bâtiment 7, situé sur les anciens terrains du CN au sud de Pointe-Saint-Charles était voué à devenir un casino.

Après une lutte contre le secteur privé, les citoyens du quartier ont réussi à arracher en 2012 le bâtiment 7 au projet de casino de Loto-Québec et ont obtenu un million de dollars pour financer les travaux.

Après les rénovations, le bâtiment devrait pouvoir accueillir un jardin communautaire, un atelier de réparation de vélo, une garderie et même une micro-brasserie.

Les citoyens veulent être les maîtres d'œuvre de la totalité du projet et choisir les locataires en fonction des besoins du quartier, qui est l'un des plus défavorisés de la métropole.

Non, ce n'est pas un Tim Hortons. Non, ce n'est pas un HLM. C'est un lieu de démonstration pour porter un projet qui ne s'est jamais vu au Québec, mais aussi pour répondre aux besoins d'une communauté.

Judith Cayer, chargée de projet au collectif « 7 à Nous »

Tendance mondiale

Le bâtiment 7

Le bâtiment 7

Photo : Radio-Canada

Ce projet s'inscrit dans une mouvance mondiale de revalorisation du patrimoine industriel souvent laissé à l'abandon par les propriétaires d'origine.

Par exemple, à Toronto, les vieux entrepôts de tramway ont été transformés en ateliers et résidences d'artistes.

« C'est une tendance dans les métropoles et ce sont souvent des quartiers très bien localisés [qui sont visés] et qui ont aujourd'hui une valeur inestimable », explique Annie Latendresse, professeure au Département de géographie de l'UQAM.

Le défi pour les citoyens est maintenant de rester maîtres du projet et de ne pas le laisser filer entre les mains du privé.

Économie