•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Des enfants frappés à mort pour satisfaire la cruauté d'un individu » - François Hollande

Le président français s'adressant aux journalistes à la préfecteure de Nice

Le président français s'adressant aux journalistes à la préfecteure de Nice

Photo : Eric Gaillard / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président de la France, François Hollande, s'est rendu à Nice au lendemain de l'attaque qui a fait au moins 84 morts. Plus tôt, il a décrété trois jours de deuil national pour rendre hommage aux victimes. Les drapeaux seront mis en berne sur tous les édifices publics à compter d'aujourd'hui.

En conférence de presse, le chef de l'État français a dressé un sombre bilan. Parmi les 84 morts, les autorités recensent de nombreux étrangers et enfants.

« Beaucoup d'enfants, de jeunes enfants qui étaient venus pour assister à un feu d'artifice en famille pour avoir de la joie, pour partager un bonheur, un éblouissement. Et qui ont été ainsi frappés, frappés à mort pour simplement satisfaire la cruauté d'un individu et peut-être d'un groupe », a raconté François Hollande.

Pourquoi Nice? Parce que c'est une ville mondialement connue. Une des plus belles villes de la planète. Pourquoi le 14 juillet? Parce que c'est la fête de la liberté. Et c'est bien pour toucher la France que cet individu a commis cette attaque terroriste.

Une citation de :François Hollande, président de la France

M. Hollande a également salué le courage et l'engagement des forces de sécurité, de même que le personnel médical dédié à sauver des vies. Il a parlé d'un long combat contre un ennemi qui va continuer à frapper tous les pays et les peuples.

Attentat à Nice - notre section spéciale

Plus tôt, le premier ministre Manuel Valls a quant à lui appelé la France à « faire bloc » pour combattre la « guerre que le terrorisme nous livre ».

La France ne cédera pas à la menace terroriste. Nous avons changé d'époque et la France va devoir vivre avec le terrorisme.

Une citation de :Manuel Valls
Attentat à Nice - notre section spéciale

L'opposition critique le gouvernement 

Contrairement aux attentats qui ont visé Paris au cours des 18 derniers mois, l'opposition s'est désolidarisée très rapidement du président pour critiquer sa façon de mener le combat contre le terrorisme. Pour le député Henri Guaino et ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, cet attentat aurait pu être évité de manière très simple en postant « un militaire avec un lance-roquette » pour « arrêter le camion », a-t-il dit lors d'une entrevue à RTL.

L'histoire se répète

Depuis janvier 2015, il s'agit du troisième attentat de grande envergure commis en France.

« Après Charlie Hebdo, on a oublié et on a eu le Bataclan. Après le Bataclan, on a oublié et on a eu Bruxelles. Après Bruxelles, on a oublié et on a Nice. Il y a des questions auxquelles il faudra répondre. Comment est-il possible, alors que la promenade des Anglais était privatisée, que ce véhicule ait pu y accéder? Combien de policiers nationaux étaient en poste et quels sont les moyens qui avaient été mis en oeuvre, alors que notre pays est encore en état d'urgence, pour éviter cela? », se questionne le président de la région PACA et ancien maire de Nice, Christian Estrosi. 

Jeudi soir, Bernard Cazeneuve avait annoncé que 70 membres de la police judiciaire et de la police scientifique et technique avaient été mobilisés afin d'accélérer les enquêtes.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !